Dans le dernier article je te disais que j’allais faire, un peu au pif, un tour dans la région de Salta, au nord de l’Argentine. Eh bien sur ce coup là , je peux dire que j’ai eu le nez fin. En effet, j’ai découvert une région magnifique avec des paysages différents à  quelques centaines de kilomètres les uns des autres. En effet J’ai fait un mini road trip dans la région de quebradas (gorges, ravins…) et j’en ai pris plein les yeux. Allez hop! En voiture mon ami(e)! Je t’emmène avec moi sur les routes d’Argentine…

L’arrivée

Il est sept heure et demi du matin lorsque j’arrive à  Salta après environs dix huit heures de bus. Alors que je prends un petit dej’ dans le hall de la gare routière, je suis content de voir qu’ il y a un accès internet gratuit, ça fait bien longtemps que ça n’était pas arrivé. Du coup je peux consulter une carte et rejoindre mon auberge à  pied qui n’est qu’à  20 minutes. Pas besoin de taxi cette fois, c’est déjà  ça d’économisé.

Arrivé sur place je mets au point mon plan d’attaque pour visiter la région. Je choisis de louer une voiture pour deux jours pour visiter la quebrada de Humahuaca et celle del rio de las conchas. Certes, c’est plus coûteux que de faire deux tours guidés avec une agence, mais c’est le prix de la liberté (plus de détails dans le carnet pratique à  la fin de l’article). J’ai envie de faire le truc à  mon rythme, aller où je veux, m’arrêter quand je le souhaite, rester le temps que je veux, partir quand j’en ai envie.

Mais manque de chance aujourd’hui c’est samedi et louer la voiture à  partir de dimanche me coûterait plus cher car le loueur est fermé normalement. Je réserve donc le véhicule pour le lundi 10h jusqu’au mardi 19h. En attendant je vais visiter un peu la ville.

Visite de Salta

Salta est une grande ville. Comme d’habitude je suis parti flà¢ner dans les rues du centre, les allées piétonnes et les parcs. C’est sympa, je trouve qu’il y a une sorte d’atmosphère tranquille mais vivante comme à  Mendoza. Bon après, rien d’exceptionnel à  voir à  mon avis. Mais je donne une mention spéciale à  l’église colorée de San Fransisco.

San fransisco

Non loin de la gare routière il y a un téléphérique. Il mène à  la colline de San Bernardo. Il est aussi possible d’y aller à  pied mais c’est haut, et honnêtement j’ai la flemme de marcher. Je prends donc un ticket aller/retour de télécabine pour me rendre sur la colline.

C’est en fait un petit parc aménagé qui offre une vue panoramique de la ville. Le coin est sans doute en temps normal super chouette. Mais moi, j’arrive au moment où il y a des travaux et la petite rivière artificielle qui normalement enchaîne les cascades est à  sec! Pas de bol… Je suis bien déçu, heureusement que je ne suis pas monté à  pied car sinon un «tout ça pour ça» serait sorti de ma bouche. Toutefois le lieu a du potentiel, et la ballade peut être sympa, je n’ai juste pas eu de chance.

Salta vue

La Quebrada de Humahuaca

Un curieux code de la route

Boum! Voilà  c’est lundi et je récupère la voiture de location avec une demi heure de retard par ce qu’elle n’était pas prête. C’est une Logan, rien avoir avec Wolverine le héro des X-men. C’est la marque low cost de Renault. Ce n’est pas un foudre de guerre, mais bon, c’est ce qu’il y avait de moins cher et puis je n’ai pas besoin d’un modèle de compet’ de toute façon.

Ma première demi heure en voiture s’avère un peu stressante. En effet je suis en plein centre ville, ça circule beaucoup, sur deux, voir même trois voies pas forcement délimitées, c’est selon la largeur de la route si ça passe, ça passe…J’ai aussi du mal à  comprendre le code de la route Argentin. Je pense que la règle de la priorité à  droite s’applique, ou plutôt elle existe.

En fait aux croisements c’est plutôt la règle de celui qui a la plus grosse (voiture) qui s’applique. De plus ici, les feux de circulation fonctionnent à  l’envers: Quand le feu est orange ça veut dire qu’il va passer au vert, mais ce n’est pas la même chose dans toute l’Argentine bizarrement.

Peu après être sorti de la ville, j’attaque une route sinueuse de montagne en pleine forêt, la route est verdoyante et sauvage. Les enchaînements de virages sur cette petite route ne sont pas sans me rappeler ma fabuleuse épopée en Nouvelle Zélande.

Dans la quebrada de humahuaca

Puis, petit à  petit le paysage change, il devient moins vert, plus sec et aride, la flore se fait plus rare et les arbres sont remplacés par des cactus. La vue se dégage et j’aperçois les montagnes en toile de fond. Apparaît un paysage que je connais bien Celui de la roche et des montagnes érodées par les éléments et le temps: Un paysage type «vallée de la lune» visible en Bolivie et dans le désert d’Atacama au Chili.

Salta quebrada de humahuaca

Puis j’arrive au point d’intérêt principal de cette quebrada: La montaà±a de colores. C’est un mélange entre les montagnes penchées de Torotoro en Bolivie et la montagne arc en ciel du Pérou. Bref c’est superbe!

Quebrada de Humahuaca montana de siete coloresSalta quebrada de humahuaca

Enfin j’arrive à  la ville de Humahuaca. Petit village qui ne m’intéresse pas vraiment pour dire vrai. C’est un peu l’Argentine profonde. En fait ce village ressemble à  ceux que j’ai déjà  traversé en Amérique latine. Je m’y arrête pour acheter de l’eau et je repars aussi sec dans l’autre direction pour rentrer à  Salta.

Le retour: Attention sur la route!

La nuit tombe alors que je suis sur la route, le vent s’est levé, c’est la tempête! La traversée de la forêt s’avère difficile, il y a des branches cassées sur la route tellement le vent est fort. D’ailleurs sur ce chemin il faut être très vigilant car bon nombre d’animaux se baladent au milieu de la route.

J’ai croisé des chevaux, des vaches, des chiens, des poules, des faucons et même une pauvre chauve-souris qui s’est explosée la gueule sur mon pare brise. Bref, si tu passes par là , soit prudent(e), une chauve-souris sur le pare brise ce n’est pas bien grave sauf pour la pauvre bête, mais une vache sur le capot c’est un peu plus embêtant, bye bye la caution!

J’arrive en ville vers 21h et il y’a une circulation de dingue, j’te raconte pas le bordel. J’ai mis une heure pour traverser la ville et trouver une place où me garer.

La quebrada del rio de las conchas

Le lendemain je me lève à  sept heure et je pars aussitôt après le petit déjeuner. Il fait encore nuit mais le soleil se lève alors que je traverse la plaine.

lever soleil

Puis j’attaque la montagne, la route suit une rivière presque à  sec qui serpente en contrebas. J’en prends déjà  plein les yeux et ce n’est que le début.

Gorge

Je rentre dans la quebrada et là , c’est un festival de paysage magnifiques. Elle est parsemée de points d’intérêts avec des formations rocheuses ou s’arrêter. Mais le plus intéressant et le plus beau reste les panoramas qui se dessinent au fur et à  mesure que j’avance. En fait je n’ai pas grand chose à  dire à  part «Putain que c’est beau!». Je fais encore plus d’arrêts que la veille. Encore une fois les photos ne sont pas mal, mais en vrai c’est méga mieux!

Salta quebrada de las conchas

El sapo

Après une quarantaine de kilomètres je sors du site et le paysage devient plat et quelconque.Donc coup je fais demi tour pour m’exploser les rétines sur le travail artistique de mère nature dans l’autre sens et rentrer à  l’auberge.

Salta quebrada de las conchas


Et voilà  pour pour ces quelques neuf cent de kilomètres dans le nord de l’Argentine dans la région de Salta. C’est vraiment magnifique et le paysage change très vite, toutefois je n’en ai vu qu’une petite partie. Il est possible de faire plusieurs jours en itinérance en passant des nuits dans les petites villes qui parsèment le coin.

comment visiter les quebradas de Salta?

Louer une voiture

Pour 2 jours de 10h à  19h. La voiture m’a coûté 1702 Pesos (54€). Il faut ajouter à  ça le carburant pour environs 900km : 1750 Pesos (56€).

Avec une agence

  • Salta – Humahuaca: 790 Pesos (25€)
  • Salta – Cafayate (rio de las conchas): 690 Pesos (22€)

Verdict

C’est donc moins cher par une agence, du moins pour ce que j’ai fait. Mais tu es beaucoup plus libre! J’ai vu des minibus passer sans s’arrêter pendant que je faisais de superbes photos. D’autres s’arrêter mais pour prendre des photos à  travers les vitres, sans même descendre du véhicule, quel dommage! De plus tu y vois mieux à  travers un pare brise qu’au fond d’un minibus sombre, à  travers des petites fenêtres. Fais ton choix…

Il existe aussi « le train des nuage » qui traverse la région d’est en ouest mais c’est 150 euros l’aller/retour…

Son Goku Salta

Pin It on Pinterest