Le Taj Mahal: Il fait mal.

Ben ouais, il fait mal… Aux yeux! J’ai mangé une PU-TAIN de fracture de la rétine tellement c’est beau. Non mais WHAOUUUH!!!! Le qualificatif de « merveille du monde » n’est pas volé. Dans cet article je vais te bombarder de photos…

Mon premier contact avec le Taj Mahal se fait le soir de mon arrivée à Agra, la ville du célèbre monument. En effet mon auberge organise tous les soirs une marche suivie d’un petit tour en barque pour voir le coucher de soleil derrière le Taj Mahal. Sur place, je comprends déjà que le lendemain je vais prendre une sacré claque… Je m’acharne sur mon Réflex, mais je m’y prends comme un manche. Je n’obtiens que des photos de qualité très moyenne… Oui mais bon, il faut dire que je n’ai pas de trépied, alors allonger le temps de pause s’avère difficile… si tu fais un peu de photo, tu me comprends.

DSC_0027
C’est la meilleure que j’ai, désolé…

 

Le lendemain matin c’est réveil à cinq heures du mat’ pour être parmi les premiers à entrer et profiter de la lumière douce du matin pour faire de bonnes photos. A l’entrée du site le palais apparaît timidement derrière le mur d’enceinte… Puis vient la gigantesque « porte d’entrée » donnant accès au Taj Mahal. Un petit avant goût de ce qui m’attend.

DSC_0056   DSC_0059

Me voici à l’intérieur, face à une des sept merveille du monde. Magnifique, c’est tout ce qu’il a dire… Le Taj Mahal se dévoile dans les premières lueurs de l’aube, entre chien et loup, c’est une vision teintée de magie. Enveloppé dans un léger brouillard il apparaît devant moi comme émergeant de l’imagination d’un artiste, c’est un peu comme quand tu te réveilles et que tu ne sais pas trop si tu est encore dans un rêve ou si c’est la réalité… Son image se reflète dans l’eau, J’arrive à prendre la « fameuse » photo de carte postale. Il n’y a pas énormément de monde, beaucoup d’autres photographes amateurs comme moi sont là, chacun essaie de prendre la meilleure photo, mais tout le monde est discipliné chacun attend tranquillement son tour, pas de bousculades, personne ne se gène, c’est agréable…

DSC_0080
Il y a sans doute mieux, mais c’est pas mal…

Pour monter aux abords du palais, il faut mettre des chaussons pour ne pas salir. De part et d’autre du monument principal il y a deux mosquées. Tandis que je me rapproche le soleil est en train de se lever; je viole le bouton de mon déclencheur!!!

DSC_0108

 En fait, le Taj Mahal n’est pas un palais, c’est un mausolée, et oui! C’est une tombe. Il a été construit pas un empereur monghol Mulsulman pour sa femme, une belle preuve d’amour… Il est entièrement en marbre blanc du sol au plafond, les murs sculptés sont finement peints ou gravés de motifs floraux. A l’intérieur il y a juste la tombe en question est entourée de panneaux de marbre sculptés en dentelle, mais les photos sont interdites…

Le mausolée est entouré d’un parc ou il est bon de se promener au milieu des animaux qui gambadent et volent un peu partout.

Petit point noir, je n’ai pas pas pu prendre une photo de ma mascotte Son goku car à l’auberge on m’a dit que les sacs n’étaient pas autorisés, mais c’est faux! J’ai donc oublier ma figurine dans mon sac, tant pis…

Fin de l’article, que dire en conclusion? Eh bien Le Taj Mahal est un ravissement pour les yeux, Il est imposant mais en même temps d’une finesse et d’un raffinement incomparable. Va le voir par toi même, le monument vaut à lui seul le déplacement en Inde.

Carnet pratique

Pas grand chose à dire dans cette partie… Prend un hôtel proche du Taj Mahal tu seras au calme car très peu de véhicules sont autorisés à circuler autour du palais et ça t’éviteras d’avoir à prendre un taxi.

Prix du ticket 1000 Inr (13€) avec une petite bouteille d’eau et les chaussons.

Le temple d’or.

Le temple d’or de la ville d’Amritsar c’est le centre spirituel et culturel de la communauté des Sikh. Les Sikh pratiquent une religion monothéiste, les hommes portent des turbans sous lesquels ils cachent leurs longs cheveux car il leur est interdit de les couper. Ici aussi j’en ai pris plein les mirettes, mais j’ai surtout voyagé dans un autre monde, un peu comme si j’étais entré dans un autre pays, avec ses propres us et coutumes.

C’est à sept heure du matin et avec seulement deux heures de sommeil que j’arrive à Amritsar. Eh oui, j’ai fais d’une traite Agra/Delhi en train, puis Delhi/Amritsar en avion. J’avais prévu de passer une nuit gratos à dormir comme un clodo à l’aéroport car mon vol était à cinq heure du matin, Mais c’était sans compter les trois heures et demi de retard du train… Du coup j’ai juste dormi un peu dans le train. Reste quant même le point positif que je n’ai pas eu à payer un hôtel.

Bref, j’arrive donc à l’hôtel à sept heure du mat’ bien sûr à cette heure là impossible d’avoir ma chambre mais ça, c’était prévu. Je laisse donc mon gros sac à la réception, embarque mon appareil photo et une bouteille d’eau, et me voilà parti à la découverte du temple d’or qui ce trouve même pas à cinq minutes de marche. Première surprise bien agréable, tous les alentours sont piéton pas de véhicules, c’est le calme, pas de klaxons, tant mieux par ce qu’en ayant dormi que deux heures, j’aurais eu beaucoup de mal à le supporter.

J’arrive à l’entrée, d’abord il faut enlever ses chaussures et ses chaussettes, dans l’enceinte du temple on marche pieds nus. Il y a une consigne gratuite. Ensuite il faut se couvrir les cheveux, qu’on soit un homme et une femme, j’utilise donc mon tour du coup multifonction en tissu pour me faire un bandana style pirate, ça change du chapeau d’aventurier! puis il faut se laver les mains, et enfin passer dans un pédiluve, qui doit héberger des bactéries d’un autre monde tellement il y a de pieds qui passent dedans… Je traverse le porche et BIM!

DSC_0181

Le temple d’or est là, il est construit au milieu d’un bassin sacré le tout entouré d’un complexe de bâtiments d’un blanc immaculé. Le sol est en marbre, c’est froid le marbre, surtout tôt le matin. Mais les Sikh ont pensé à tout, il y a des tapis qui font tout le tour du lieu pour ne pas avoir (trop) froid aux pieds.

Plus que  la beauté de l’endroit, c’est son atmosphère qui (r)éveille mon intérêt. Il y a des chants religieux et de la musique, des hommes et des femmes qui prient, se baignent dans le bassin, procèdent à des rituels dont je n’ai jamais entendu parlé… Sur des écrans géants les paroles des chants défilent comme un karaoké! Beaucoup d’hommes et de femmes marchent les mains jointes en priant. Il règne vraiment une atmosphère pieuse et paisible, c’est difficile à décrire… Je me sens tout d’un coup aspiré dans un monde totalement inconnu. Et puis le soleil est en train de se lever ça rajoute un petit plus à cette atmosphère si particulière.

DSC_0071

A l’intérieur du temple se trouve en fait les prêtres et les musiciens que l’on entend, le reste des bâtiments sont des lieux administratifs, ou communs comme la cantine (je t’en parle plus bas) ou les dortoirs. Si je devais comparer cette endroit à quelque chose de plus connu je dirais que c’est un peu comme le Vatican.

C’est l’heure du p’tit dej’. Coup de chance il y a une cantine gratuite et qui tourne 24h/24 au golden temple. Ils servent 10 000 repas par jours! Des bénévoles font la cuisine et la vaisselle toute la journée. pour manger, il suffit de prendre un plateau, de s’asseoir dans la salle et attendre qu’on vienne te servir. c’est vraiment un truc à vivre! un grand moment de partage culturel. Et en plus c’est bon! même plus savoureux que certains restaurants que j’ai essayé.

Petite anecdote qui va bien: Un des serveur me tend un roti (sorte de pain). Je tends donc la main pour le récupérer, mais il me dit quelque chose… Ah zut! c’est vrai en Inde on mange avec la main droite, je tends alors la main droite, mais il refuse de me le donner et me parle, mais je ne comprends le hindi, je me sens un peu mal à l’aise tout d’un coup… c’est alors que l’homme assis a coté de moi me montre avec le sourire et toute la gentillesse du monde que je dois accepter le roti en tendant les deux mains jointes paumes vers le haut. Effectivement ça fonctionne, j’ai pu avoir mon pain. Depuis un moment ma vie et remplie de ce genres de petits moments sympathiques…

Je suis resté quelques heures au Golden temple, pour profiter de la tranquillité et de l’atmosphère du lieu, c’est vraiment un endroit ou il faut t’asseoir et regarder tout ce qu’il se passe autour. 

Publicités

Je mange quoi en Inde?

Mes repas en Inde sont assez épiques ou plutôt devrais je dire « ilpique ». Oui par ce que ce n’est pas un secret, la nourriture Indienne est plus ou moins épicée. Du coup comme je ne suis pas trop habitué, et ce, même maintenant après environs vingt jours. Me nourrir ressemble plus à un combat contre ce que j’ai dans mon assiette qu’à un vrai repas. Certes ça pique, mais ce n’est en fait qu’un détail… Par ce que avec ça, j’ai le nez qui coule, je transpire comme un porc, et j’ai les yeux qui pleurent. Autant te dire que ce n’est pas beau à voir! En plus généralement il faut manger avec les doigts (toujours en utilisant la main droite) et ce n’est pas si évident que ça lorsque tu n’as pas l’habitude l’air de rien. Alors j’en mets partout sur la table, ça me coule sur la main et du coup j’utilise minimum cinq serviettes par repas. Les locaux doivent bien se fendre la gueule en me regardant ou alors ils sont dégoûtés, peux être un peux des deux… Et puis je ne vais pas rentrer dans les détails mais ça pique aussi à la sortie du tunnel… Quand je n’ai pas envie que ce soit un champ de bataille sur la table je prends du riz, il y a toujours une cuillère avec le riz. Je mange végétarien, la viande j’évite. Sarah que j’avais rencontré en Chine m’avait déconseillée d’en manger pour pas être malade, j’avais même lu dans le routard que dans certaines régions ils ne savent même pas cuisiner la viande! En plus quand tu vois qu’ici les animaux se nourrissent d’ordures et que les poissons sont péchés à la sortie des égouts, tu n’as pas trop envie de tester, remarque je ne sais pas trop dans quoi poussent les légumes non plus… Je ne préfère pas y penser.

Alors concrètement qu’est ce qu’il y a dans mon assiette? voici une petite liste de ce qu’il y a de plus commun:

  • Le masala: c’est un mélange d’épice et d’autre ingrédients. Il en existe plusieurs par exemple chana masala au pois chiche.
  • Le paneer: c’est un fromage à base de lait de bufflonne ou de vache, ça a un peu la consistance de la mozzarella. Ça se mange mélangé à autre chose, un curry par exemple, ou pourquoi pas dans un masala…
  • Le dal: plat à base de légumineuse, généralement des lentille.
  • Le raita: une sorte de sauce à base de yaourt mélangé à des légume comme le concombre, ça se mange froid. C’est « frais » comme goût, ça m’a fait penser un peu à de la macédoine de légume.
  • Le roti: c’est un pain rond, qui est frit. c’est ce dont on se sert pour attraper la nourriture quand on mage avec les doigts.

Tu peux commander ce genre de choses à la carte, ou en menu. Dans ce cas c’est un thali, on t’apporte un plat en inox avec plusieurs compartiments avec un peu de tout, c’est le choix idéal quand tu ne sais pas quoi prendre! Généralement il y a dans le thali du riz, un masala, un paneer, deux ou trois roti et un raita.

DSC_0171

Bon… j’avoue ça n’a pas l’air super apétissant comme ça mais c’est très bon, je n’ai jamais goûté un truc qui m’ai déplu. Et je n’ai toujours pas choppé la tourista!

Bon ap’

Jaipur : Je suis pour!

Jaipur, une autre grande ville Indienne semblable aux autres: Bruyante et chaotique. Mais à Jaipur il y a beaucoup de choses étonnantes à voir, suis moi dans mon petit tour touristique à la découverte de la ville.

La ville est divisée en deux parties: La ville « moderne » et la veille ville qui est appelée « pink city » et oui la ville rose, comme Toulouse! Ça me rappelle la maison. Car je suis de Toulouse et avant de partir j’habitais à Colomiers la ville ou on assemble les A380. Quoi? Tu t’en fous? Ok, ok, tu préfères les récits de voyage, bon je passe à la suite alors, je te parlerai de la place du Capitole une autre fois… La veille Jaipur est séparée du reste de la ville par un mur d’enceinte et des portes, et effectivement, beaucoup de murs sont roses.

Hawa Mahal

DSC_0120

Le palais des vents, sans doute l’attraction phare de Jaipur. Sur le bord de l’avenue ça façade ne passe pas inaperçue, elle est tellement élégante qu’elle dénote franchement avec son environnement, un peu comme si il y avait un tableau de Michelange au milieu de dessins de l’école maternelle. Une fois à l’intérieur tu comprends vite pourquoi il s’appelle le palais des vents, le lieu est étudier pour laisser circuler l’air, c’est un dédale de portes, de fenêtres et de couloirs reliant entre elles diverses pièces et cours. C’est le rendez vous de tous les courants d’air, sauf qu’en fait ici, il n’y a pas un un brin de vent! c’est ballot…  Fait étonnant le dernier étage du palais qui en compte trois, ne mesure que trois mètres de large.

 

Jantar Mantar

DSC_0208

Entonnant, impressionnant, intéressant, curieux, génial… Je ne manque pas de qualificatifs pour définir Jantar Mantar! C’est la première fois de ma vie que j’entendais parler d’une chose pareil, je ne savais même pas que ça existait! Mais pourquoi ce lieu provoque en moi autant d’enthousiasme? Et bien Jantar Mantar est en fait un observatoire astronomique, et oui! Toutes ces structures qui ressemblent à des œuvres sorties de l’esprit malade de quelques artistes abstrait, sont en fait des instruments de mesure astronomiques. Ils étaient utilisés pour calculer la position des astres, les latitudes et les longitudes, ou encore simplement donner l’heure à deux secondes prés!! J’ai pris l’audio guide pour comprendre ce que je regardais, mais je vais t’avouer qu’en fait, il y a pas mal de choses qui me sont passées au dessus, l’astronomie est une science compliquée, en tout cas, elle l’est pour moi.

 

City palace

DSC_0241

Le City Palace est un complexe de palais dont une grande partie est la résidence du Maharaja et donc ne se visite pas… Ce n’est pas vraiment le lieu qui m’a le plus marqué. Le plus étonnant ici ce sont ces deux énormes jarres en argent qui servaient à transporter l’eau du Gange pour un Maharaja lors d’un voyage en Angleterre. Ce sont les plus gros objets en argent du monde. Chacune pouvaient transporter 4100 litres d’eau!

DSC_0253

Jal Mahal

DSC_0299

Le Jal Mahal c’est un palais au milieu d’un lac. Vision un peu surréaliste car il à l’air de flotter sur l’eau. Mais il ne se visite pas. tu t’arrêtes cinq minutes, tu contemples, clic clac quelques photos et tu repars.

 

Amber fort

DSC_0257

C’est tout simplement un fort qui se trouve à la ville de Amber (fallait y penser, bien joué les mecs!). Et ici, surprise! il y a aussi une muraille. Pour une fois se ne sont pas les Chinois qui font de la contre façon low cost… celle ci est bien plus petite que sa consœur de Chine. Le fort quant à lui semble puissant et massif à l’extérieur, mais il est fin et raffiné à l’intérieur.

 

Nahargarh fort

DSC_0325

Un autre fort qui parait un peu fade après celui de Amber. Ils ont sensiblement la même architecture. Son point fort, ses peintures sur les murs et ses colonnes peintes.

 

Monkey temple

DSC_0349

Un temple dédier à Hanuman le Dieu singe. Et les macaques pullulent dans l’enceinte du temple. Ne nous mentons pas, on y va surtout pour voir les singes, le temple lui même tout le monde s’en fiche un peu… Et ces petit animaux facétieux assurent le spectacle! Ils sautent, ils courent, ils jouent, se battent aussi… et ils viennent se servir des cacahuètes dans les mains des touristes! C’est un grand moment de voir la bestiole s’asseoir devant toi se servir, et manger tranquillement comme si tu n’étais pas là. Ici je rencontre quatre Français dont un couple venant de Montpellier. Et ensuite deux jeunes femmes de Tournefeuille, une petite ville juste à coté de chez moi!!! Le sud-ouest est dans la place, c’est le « Chocolatine Power« ! Enfin comme quoi, le monde est petit quant même…

 

Le Albert hall Museum.

DSC_0368

Ce musée est impressionnant, c’est le premier monument que j’ai vu le soir de mon arrivée à Jaipur, il était tout illuminé je n’ai pu m’empêcher de lâcher un grand « whaaa » dans le tuc tuc qui me conduisait à l’hôtel. Au sous sol il y a une petite exposition sur l’Égypte avec une vrai momie! j’en avais jamais vu!

DSC_0369

 

No shopping!

Au passage, les deux chauffeurs de tuc tuc que j’ai eu ont voulu me conduire dans divers boutiques. Ils reçoivent des commissions de la part des propriétaires quand ils emmènent des touristes. J’ai dis oui juste une fois car le chauffeur m’avait dit que c’était pour voir l’artisanat, ce que je savais être faux… J’ai eu droit à deux minutes de démonstration et après place à la vente, je n’ai rien acheté évidement. Mais je suppose que certain touristes se sentent obligés, d’autre on tout simplement envie d’acheter. Juste après ça le chauffeur s’arrête à une autre boutique/fabrique de tissus sans me demander mon avis.

« Va voir c’est intéressant »

Là je m’énerve un peu, je suis fatigué et il y a beaucoup de bruit et surtout je déteste par dessus tout qu’on me force la main. Je me transforme donc en touriste occidental capricieux plein de tunes…

 » NON CA NE M’INTÉRESSE PAS! c’est la même chose qu’il y’a deux minutes!! Je te paye alors tu me conduis où je te demandes! »

Le mec comprends que ça ne sert à rien d’insister, il n’aura pas sa commission… Il me reconduit ensuite à l’auberge.

Deuxième jour je recrute un autre taxi, avant de partir son collègue essai de me vendre ses « passage pour voir l’artisanat local » des fabriques de tissus et des joailleries… Je lui explique que je ne suis pas intéressé, mais il refuse de comprendre et insiste…Ça me saoule.

« Mon ami, regarde moi… Est ce que j’ai vraiment l’air d’un gars qui va acheter des écharpes et des bijoux? Non, ça ne m’intéresse pas, je ne voyage pas pour faire du shopping, je n’ai pas envie de perdre mon temps et toi tu perds le tiens. »

Il comprend enfin que ce n’est pas la peine d’insister, il parle à mon chauffeur. Et je passerai la journée tranquille sans autres propositions.

Et voilà la visite est terminée, Mais il y a encore plein de choses à voir à Jaipur comme des temples par exemple, mais j’en ai vu pas mal déjà, donc j’ai fait l’impasse. Il y a aussi un parc d’éléphants ou tu peux faire une ballade sur le dos du pachyderme. Mais je n’y suis pas allé car généralement dans ce genre de trucs pour touristes les animaux ne sont pas super bien traités… Prochain article, le Tajmahal!

Carnet pratique

Si comme moi tu veux multiplier les visites achete le « composit entry ticket » à 1000 Inr il est valable 2 jours sur une dizaine de sites. 

Le plus simple est de prendre un hôtel dans la « pink city » tu pourras ainsi faire le city palace, Jantar mantar, et hawa mahal à pieds. Je te conseil l’auberge de jeunesse « Zostel Jaipur » juste extra bien placée et pas cher!

Pour le reste c’est tuc tuc à la journée, pour le prix ça dépend de ton itinéraire… Attention! Le palais sur le lac est sur le chemin des forts, aucun détour à faire, ton chauffeur ne peut  donc pas utiliser cet argument pour gonfler le prix…

 

    

la vache!

Les vaches sacrées en Inde ce n’est pas une légende. En effet il des vaches, des taureaux et des veaux un peu partout, même en plein centre ville! Les bestiaux vivent leurs vies tranquilles en déambulant dans les rues au grès de leurs envies. Et attention, interdiction de les déranger. Si madame la vache bloque la circulation tant pis, elle fait ce qu’elle veut! C’est aux véhicules de se pousser. Remarque dans une collision entre une vache et un tuc-tuc, je ne suis pas sûr que l’engin fasse le poids.

Moi je trouve ça assez sympa en fait! Alors par contre, le truc que je trouve un peu moins cool c’est qu’elles se nourrissent des déchets humains… Tu les vois généralement brouter des tas d’ordures plutôt que de se repaître de bonne herbe grasse dans un pré. Je ne suis pas sûr que ce soit très bon pour leur santé… Bien entendu vu que l’animal est sacré on ne le mange pas! Ici on ne te servira jamais de steak! Même pas au Mc do. Ou peut être dans des grands restos chics pour riches occidentaux… je ne sais pas.

Si toi en France ça te fait chi** de marcher dans une crotte de caniche, dis toi que ça pourrait être pire, ici on marche dans des bouses de vaches, et la majorité des gens se déplacent en chaussures ouvertes genre tong, j’te raconte pas le carnage que ça doit être quand l’accident arrive! Yerk!! pour la petite histoire, j’ai marché dedans avec mes chaussures de rando, la tristesse… Ça en a prit du temps pour nettoyer les crampons, ben ouais, j’étais bien obligé de nettoyer par ce que ça commençait à schlinguer pas mal dans la chambre d’hôtel!

Par contre il y a un fait que je trouve très étrange. J’ai vu des bovins en attelage pour labourer les champs, ou tirer des charrettes. Tu vois ou je veux en venir ? En fait je ne comprends pas trop comment on peut considérer un animal comme sacré et l’asservir en même temps… C’est curieux non? Je ne sais pas, c’est comme si tu étais catholique pratiquant et que tu utilisais un crucifix pour gratter les chewing-gum collés sous une table.

Bref c’est une autre culture !

Le Temple du soleil

Moi qui voulais du temple pharaonique  me voilà servi avec le temple du soleil de Konarak.

Konarak, prononcé « Konark » en Hindi est un petit village à 65km de Bhubaneswar. C’est un peu l’Inde « profonde ». Ici il y a beaucoup moins bruit qu’ en ville (ouf). Mais les coups de klaxons restent tout de même présents. Il faut dire que le petite village est une fameuse halte touristique de la région grâce à son impressionnant temple du soleil, sa plage et aussi un grand festival de danse qui à lieu tous les ans en décembre.

Le temple du soleil est énorme, mais ce n’est pas juste un temple… C’est un char! Enfin la représentation d’un char en pierre muni de vingt quatre roues et, à l’origine, de sept chevaux de trait, symbolisant les sept jours et les sept couleurs de l’arc en ciel, dont il ne reste malheureusement plus grand chose aujourd’hui. Mais le temple, lui, et bien en place.

Malheureusement il est en cours de restauration, un échafaudage gâche un peu la vue générale, mais c’est un mal pour un bien, car en fait ce que tu peux voir sur les photos n’est que le porche du temple qui fut jadis construit! En effet à l’arrière du char il y avait autrefois une immense tour mais elle c’est effondrée. Et pour éviter que cela ne se reproduise, l’intérieur de ce qu’il reste du temple à été rempli de pierres, on ne peut donc pas entrer à l’intérieur.

DSC_0022

Mais l’extérieur est bien suffisant! Le premier monument est une sale de danse, ici aussi plus de toit! À l’entrée on peut voir deux lions sur des éléphants qui tiennent des hommes dans leurs trompes, un symbole de la prééminence de l’Hindouisme d’après ce qu’il y a d’écrit sur mon petit plan de route. Comme les temples de Bhubaneswar les murs, les colonnes ont été transformés en dentelle par les artistes sculpteurs de l’époque avec une finesse incroyable.

DSC_0012

Ensuite vient le temple lui même et ses vingt quatre roues représentant les vingt quatre quinzaines du calendrier. Mesurant trois mètres chacune environ, leurs moyeux servent de cadrans solaire et chacun de leurs huit rayons sont sculptés avec des représentations de vie quotidienne. Mais pas seulement…

DSC_0037DSC_0035

Les murs du temple sont bourrés de scènes « olé olé ». Oui je te parle bien de sexe! N’oublions pas que nous sommes au pays du kamasutra. Gravées sur les murs toutes sortes de scènes sont représentées, allant de la masturbation à la… zoophilie! Sans oublier les plans à trois, voir plus. D’après mon petit guide plusieurs explications à cela :

  • Émoustiller les moines pour les faire revenir dans le droit chemin de la procréation. Car à l’époque la guerre faisant rage beaucoup d’hommes se font moine mais il faut continuer à assurer le renouvellement de la population. Bon à mon avis cette hypothèse est un peu capillotractée…
  • Ou au contraire ces scènes sulfureuses servaient à tester la conviction morale des moines. »Si tu craques pas t’es un bon gars! »
  • Enfin, tout simplement, ces pauvres sculpteurs qui restaient loin de chez eux des années entières se lâchaient un peu, comme un exutoire à leur frustration…

Bon je te sens maintenant très curieu(se), voici donc quelques photos. Comme d’hab’ si tu veux en voir plus il faudra te déplacer. Sache aussi qu’il existe à Khajuraho des temples entier avec ce genre de sculptures coquines voir carrément osées. Moi je n’y vais pas, je n’ai plus beaucoup de temps et je n’ai pas encore vu le Tajmahal!

J’ai aussi croisé des petites bêtes, dont un serpent qui m’est passé à deux centimètres des pieds! Je n’ai pas fais de photos j’avoue; j’ai flippé!!

 

Le lendemain de suis allé faire un tour sur la plage à trois kilomètres, bien que immense et pratiquement déserte, elle ne fait pas vraiment rêver… il y a des détritus un peu partout sur le sable. Mais je décide quant même de faire un petit tour vers le coin des pécheurs ou des bateaux reposent sur le sable, l’endroit me semble sympa… Mais je déchante vite! En effet je me rends compte que les pécheurs font leurs besoins sur la plage, à même le sable. Oui! Je suis bien en train de te dire qu’il y a du caca, des étrons, de la mer** partout sur le sable!! Tout les deux mètres c’est carrément dégueu! En plus les mecs ne se planquent même pas pour faire leur affaire, ils baissent leur pantalon, comme ça, tranquille, et hop va s’y que je te démoule un cake devant tout le monde, je l’ai vu de mes yeux (arck!)… Ah, ça c’est sur, on a pas la même culture… Non mais franchement, pourquoi ils ne font pas un grand trou, ils installent un petit cabanon et en avant! Non? Je dois avouer que là, l’homme occidental que je suis est bien choqué comme il faut.

Bref je préfère tourner les talons, en marchant dans l’eau et m’éloigner le plus loin possible du coté opposé pour faire un petit plouf et jouer comme un gamin à saute vague. L’eau était d’ailleurs super chaude et les vagues énormes!

Konarak c’est un village bien sympa à découvrir, enfin, c’est surtout son temple qui est à voir tu ne seras pas déçus surtout que certaines sculptures se révèlent assez amusante !

Carnet pratique

Konarak depuis Bhubaneswar :

Prendre un des bus régulier à la gare routière de Barmunda à Bhubaneswar (Barmunda bus station). Bon là c’est un peu le souc… Demande à ce qu’on t’indique le bon bus. Tu payes une fois le bus en route 50 Inr. Environ deux heures de route (pour 65 km…).

Même Chose pour le retour, demande ou se trouve le « Bus stand » à Konarak. Mieux vaut prendre le bus au départ si tu ne veux pas rester debout pendant tout le trajet. 

Les temples de Bhubaneswar

En effet comme tu l’as compris dans le titre de cet article Bhubaneswar c’est la ville où on se rend pour voir des temples Hindous.

Et des temples il y en a beaucoup ! Sans doute plus d’une centaine. Mais en arrivant au premier, je me rends compte que c’est en fait tout petit ! Je m’imaginais d’énormes et vastes édifices allant de la taille d’une église à une immense cathédrale mais non, ce sont de petites structures ! Un peu comme de grandes maisons en pierres.

Moi qui pensais faire au moins une journée de visite voir deux, ça ne m’a prit en fait qu’une grosse matinée pour en voir six ou sept. Et honnêtement quand tu en as vu deux ou trois, ce sont tous les même. Par contre il y en a vraiment partout, même dans des petites rues.Juste à coté des habitations. Ils sont tous construits au sud de la ville autour d’un petit lac sacré, au bord duquel, sous des parasols des prêtres dispensent leurs services.

DSC_0151

Le plus grand et le plus beau de tous les temples c’est le Lingaraja. Mais seul les Hindous on le droit de le visiter! Ah ben bravo les mecs, pour la tolérance et le partage vous repasserez! Pour les étrangers comme moi, ça ce passe à l’extérieur du mur d’enceinte. Il y a une petite terrasse ou tu as une vue d’ensemble sur le temple et c’est tout!

Je ne te caches pas ma déception! Bon, les temples sont de très beaux monuments finement taillés, ciselés et sculptés, par moments on dirait de la dentelle. J’en ai quant même pris plein les yeux. Et aller des uns aux autres à pied permet de flâner dans les rues et de se frotter à la vie quotidienne des habitants locaux.

Mais vraiment je m’attendais à quelque chose de plus « pharaonique. Je reste à Bhubaneswar trois jours car je pensais faire de longues visites, et donc prendre aussi du temps pour me reposer. Mais là j’ai un peu l’impression de perdre mon temps. Surtout qu’il n’y a rien d’autre à faire d’intéressant ici et je suis loin du centre ville, remarque tant mieux, c’est plus tranquille ici!

Voilà c’était un article très court à l’échelle de mon engouement pour Bhubaneswar. Et oui le voyage c’est aussi ça, ce n’est pas le rêve 24/24h. En bref si tu vas en Inde, la ville de Bhubaneswar, je pense que tu peux t’en passer, ou reste y une journée. Des temples hindous tu en trouveras sûrement ailleurs.

DSC_0045

Les Grottes d’ Ellora et Ajanta

Tu te souviens des Grottes de Yungang en chine? Et bien Ellora et Ajanta c’est la même chose mais en mieux. Des cavités, des temples troglodytes et des sculptures bouddhiques façonnés à la main à même la roche en veux tu? En voilà!

J’ai quitté Mumbai « l’infernale » direction Aurangabad une ville un plus petite, enfin… deux millions d’habitants quant même, d’après mon chauffeur de tuc-tuc préféré. Pour faire le voyage j’ai choisi le train, six heures de nuit en wagon couchette classe éco on va dire… Le confort était spartiate. Une paire de trois couchettes superposées dans des compartiments non fermés, plus deux autres dans le couloir et ça, cinq fois par wagon. Je ne sais pas trop si je suis clair là… Les couchettes sont des planches rembourrées et ne t’imagines pas avoir des draps. Pour te donner une idée, dans le train juste avant à mon arrivée à la gare d’ Aurangabad, un Jeune me tape sur l’épaule, il me montre quelque chose sur mon bras. Devine quoi ?… Une mignonne petite souris était en train de se balader sur moi! On se plaint des retard de la SNCF, mais je ne suis pas sur qu’ils aient des rongeurs (et des cafards) dans leurs trains!

Petite anecdote: j’ai changé deux fois de couchette, récit d’une tranche de vie…

Dans mon « compartiment » il y a une famille… Depuis un petit moment je vois que quelque chose les tracasse et qu’ils parlent de moi, tu sais, avec des regards et des hochements de tête. A un moment, la fille qui parle Anglais, me demande mon numéro de couchette, je lui réponds que c’est celle ou je suis… Je comprends alors que l’un des deux hommes veut changer de place. Je lui demande donc si il veut la mienne. En fait il voudrait que j’échange ma place avec celle de sa femme, pour être à coté d’elle. Bah, bien sûr que j’accepte! Un lit c’est un lit je m’en tamponne qu’il soit à droite ou à gauche! Tu aurais vu son sourire!!! Incroyable! Il m’a remercier chaleureusement! Comme si je lui avait signé un chèque en blanc. Je pense qu’il n’osait pas me le demander tout simplement par ce que j’étais étranger et qu’il avait « peur ». La seconde fois c’est un homme qui vient me demander d’échanger ma place, pour être avec son pote. Pas de problème mon gars, je te la donne ma planche de fakir pourrave et je prends la tienne à la place, ce sont les mêmes.

Ellora

Je suis allé à Ellora en tuc-tuc. Tu sais, ce sont ces petits triporteurs à moteur, des genres de mobylettes à trois roues. Le truc n’est pas très rapide, et la route ainsi que la circulation en Inde étant ce qu’elles sont, la route à pris une heure / une heure et demi pour faire 50 km. Coup de chance ou bon karma, je ne sais pas… Mais je suis tombé sur un super chauffeur qui avant de me conduire aux grottes, m’emmène au centre touristique d’Ellora ou je peux voir seul dans une salle de cinéma, un film informatif en Français sur les grottes. Il me donne ensuite un plan, un guide et me prodigue quelques conseils de visite puis me conduit aux grottes.

Les grottes d’Ellora c’est trente quatre monastères et temples dédiés au Bouddhisme, Hindouisme et Jaïnisme creusés dans la roche basaltique. La plupart sont pleines de sculptures d’art religieux et de piliers taillés à même la pierre.

Mais le clou du spectacle, qui en fait se trouve à l’entrée, c’est la grotte n° 16, qui n’est pas du tout une grotte mais un temple monolithique entier. Le temple de Kailasanatha. C’est en fait la plus grosse sculpture monolithique au monde. Tu comprends ce que ça veut dire? Et bien ça veut dire que ce truc énorme, que tu peux voir sur les photos a été sculpté et taillé d’un seul bloc! Tous les espaces vides étaient autrefois de la roche qui a été creusée à la main. Pas d’assemblage de pièces, rien! Juste un énorme travail de tailleurs de pierres. C’est un truc de fous! Moi ça me sidère… Sérieux, j’ai envie de te chopper par le col et de te dire « Mais put*** regarde moi ça!!! » Surtout que ce ne sont pas juste des murs plats, non, non. Tout est en relief, finement décoré de sculptures et les formes sont soigneusement travaillées. Il y a des statues d’éléphants des sculptures d’animaux, de dieux et des scènes mythologiques. C’est vraiment impressionnant, je suis soufflé! Le temple de Kailasanatha  mériterait de faire partie des merveilles du monde. On peut dire que Ellora c’est un peu le Pétra de l’Inde.

Et puis le site est sympa, en pleine nature! Tu peux prendre le bus pour rejoindre les différents ensembles de grottes, mais moi, je préfère marcher via des petits sentiers pavés. Il fait beau et pas trop chaud, ça sent les fleurs, des petits papillons volent dans tous les sens et j’entends les oiseaux qui chantent… je revis!

 

Ajanta

Cette fois j’y vais en vrai taxi, car Ajanta est à cent kilomètres d’Aurangabad. Bien entendu il y a aussi un bus beaucoup moins chers. Mais le taxi, en fait, je trouve ça plus pratique, il vient te chercher devant ton hôtel, te donne des conseils de visite (encore faut il tomber sur le bon chauffeur…) et tu n’as pas à attendre, quand tu as envie de rentrer tu rentres. Bah, j’avoue c’est la solution de facilité. Et le bus c’est aussi plus lent, déjà en taxi pour faire cent kilomètres ça a prit pratiquement deux heures. A notre arrivée je suis accueilli par un marchant, un ami du chauffeur de taxi. Il me sert du « bonjour mon ami, comment ça va? Je vais te conduire à la navette pour ne pas que tu te perdes…  » Bon il est sympa mais bien entendu le but c’est de me vendre un truc dans sa boutique, et il me dit de passer le voir après ma visite, même si je n’achète rien ce n’est pas grave, je lui réponds ok…

Les grottes d’Ajanta c’est la même chose que Ellora tout en étant différent ici les grottes sont seulement Bouddhiques et il n’y a pas uniquement des sculptures. Il y a aussi des peintures. De plus, il y a des éclairages dans les grottes qui, je trouve, donne une dimension spirituel et onirique aux sculptures.

Ce qui se démarque ici c’est le lieu. Les grottes sont creusées dans la parois d’un canyon, dans un virage, et tout au bout il y a une chute d’eau. Mais malheureusement, étant en saison sèche ce n’est qu’un mince filet d’eau qui coule. J’imagine qu’en période de mousson ça doit être fantastique. Après ma visite des grottes, je pars donc en crapahute dans le fond du canyon pour me rapprocher de la cascade. C’est une petite balade fort sympathique, je suis le seul touriste ici car ce n’est pas vraiment un chemin balisé c’est hors des sentiers battus comme on dit.

Ensuite, en toute logique, après avoir exploré le fond du canyon je m’en vais explorer le sommet. Et bien entendu la haut le panorama est superbe il y a une vue panoramique sur les grottes.

DSC_0336

mais aussi si sur la cascade qui est en fait un enchaînement de sept vasques juste magnifiques! ça donne envie de sortir corde et baudrier et faire du canyoning.

Choses promises, choses dues. Je passe voir le marchand à sa boutique, et bien entendu il m’étale plein de souvenir sous les yeux. Des morceaux de cailloux, des pierres, des petites sculptures. Des trucs à touristes quoi. Il faut savoir que je n’achète jamais de souvenirs, ça ne m’intéresse absolument pas, je ne voyage pas pour faire du shopping, et encore moins ce genre de trucs impersonnels. Les seules choses que je garde c’est ce que l’on me donne. Bref, je l’envoie gentillement balader en lui expliquant que je fais le tour du monde avec un sac à dos et que je ne vais pas me charger de 500 grammes supplémentaires avec un morceau de cailloux taillé. Puis je rejoins mon taxi.

Au cours de ces deux jours j’ai croisé plein des petites bêtes, notamment beaucoup de petits écureuils tout mignons qui poussent des petits cris stridents. Ils vivent sous le regard de l’homme, mais ne s’en approche pas trop quant même.

La ville d’Aurangabab a aussi quelques points d’intérêts, dont notamment une réplique du Tajmahal. Une sorte de version low cost de la célèbre merveille du monde Indienne c’est comme un avant goût de ce qui m’attend…

DSC_0132

Aurangabad possède aussi ses propres grottes, une partie ouest et une partie est, mais moins nombreuses et moins impressionnantes que Ellora ou Ajanta. Par contre la hauteur de ces deux petits site offre un bon point de vue sur la ville.

Ces deux visites ne sont pas vraiment essentielles, Mais si jamais, comme moi, tu as du temps à tuer avant ton vol, vas y faire un tour.

J’ai aussi découvert que les Indiens sont pire que les Chinois! Du moins au niveau des photos avec moi. En deux jours, j’ai bien du poser sur une cinquantaine de selfies. A peine arrivé à Ellora, qu’en deux minutes j’avais déjà posé sur quatre photos! J’ai même fini par enlever mon chapeau pour calmer le truc, mais ça n’a pas vraiment fonctionné… Alors ça ne me dérange pas, et j’accepte avec plaisir, surtout qu’ils le demandent très gentillement et avec le sourire. Mais c’est vrai que quand tu enchaînes quatre ou cinq photos à la suite alors tu aimerais faire ton petit tour tranquille, c’est quant même un peu lourd… Et surtout je ne comprends pas ça; l’intérêt du truc, le « je me prends en photo avec un étranger par ce qu’il vient d’ailleurs », ouais et donc?… Alors je comprends que quand tu es touriste, tu prennes l’habitant local en photo si il est en costume traditionnel par exemple. Je l’ai fais moi aussi quand j’étais au japon, j’ai pris des geishas en photo, par ce que ça fait partie de la culture que tu découvres. Mais un autre touriste en short, chemise et chapeau… Non je vois pas.

A part ça, c’est bon je me suis fais au pays! Par contre j’ai vraiment du mal avec le bruit de la rue, les coups de klaxons de tout les cotés m’exaspère, je vis vraiment le truc comme une agression. Je le supporte, mais je ne pense pas que je m’y ferai. Tu vois tout à l’heure je me prenais un cappuccino (oui je me suis mis à boire du café…) et une pâtisserie dans un café et même là j’entendais ces coups de corne de brume incessants. Alors n’espère pas te détendre en terrasse, d’ailleurs ici les terrasses de cafés ça n’existe pas! Tu avalerais plus de poussière et de gaz d’échappements que de bière, café, mojito ou [insère ici ta boisson favorite]… Autre chose, je me suis rendu compte que je restais seulement vingt jours en Inde. C’est peu! J’ai été avare sur les durées de séjour à « chaque camp de base » lorsque j’ai planifier tout ça… Du coup je vais faire moins de choses mais rester plus longtemps dans les lieux ou je me rends. Je n’ai pas envie de courir et de multiplier les visites, après tout, ce voyage n’est pas un marathon touristique. Tu sais l’air de rien, ma vie reste à peut près la même, il y’a des jours ou j’ai envie de bouger de faire des trucs sympas, de sortir. Et d’autres ou je n’ai envie de rien, juste de  « cocooner » comme on dit. Ces jours là, je reste à l’hôtel, j’écoute de la musique (très important la musique!), je traîne sur internet, je regarde des films, des séries, j’écris un article, comme en ce moment. Ou je fais juste un petit tour en ville. Est ce que c’est bête? Est ce que c’est dommage? Je ne sais pas, peut être…Chacun vit ce genre d’expérience comme il veut. Et moi, j’ai besoin de ça pour garder un bon équilibre. Courir de tous les cotés ça fatigue, et quand tu es fatigué, en fait tu ne profite pas réellement des choses je pense, se faire et absorber une nouvelle culture ça demande de l’énergie.

Bien! J’ai assez raconté ma vie pour le moment. Pour résumer le coté touristique de l’article, je dirai que les grottes d’Ellora et Ajanta c’est vraiment bien. Si tu n’as le temps que pour une seule visite, vas plutôt à Ellora. Le temple de Kailasanatha vaut à lui seul le déplacement.

DSC_0131

Carnet pratique

Pour les grottes d’Ellora:

Depuis Aurangabad 50km. En Tuc-tuc 750 Inr (9,96€)  aller/ retour le chauffeur attend que tu reviennes + 20 Inr pour le parking. Il existe aussi un bus à prendre à la gare routière. Prix du billet d’entrée 500 Inr (6,64€). Il y a un bus navette qui part du parking aux grottes 28 Inr mais ce n’est pas nécessaire, c’est à 5min à pied.

Pour les grottes d’Ajanta:

Depuis Aurangabad 100 km. En taxi 1100 Inr (14,60€) allez/retour ici aussi le chauffeur attend + 20 pour le parking. Le bus navette obligatoire, à re-payer pour le retour! 40 Inr prix du ticket d’entrée 500 Inr (6,64€).

Mumbai: aie aie aie!

Autre Pays, autre culture, autre monde. J’ai tout à réapprendre: les us, les coutumes, les comportements sociaux, les échelles de prix et le fonctionnement du « système ». J’avais pris mes habitudes en Chine, je m’était adapté, je comprenais les choses et les gens, je n’avais plus peur. Maintenant mes doutes reviennent, et surtout cette question qui m’obsède. Vais je réussir à m’en sortir?  L’Inde c’est un sacré changement et je peux te dire que pour moi, la claque est violente!

Me voici donc à l’aéroport Mumbai la capitale du Maharashtra, un état de l’ouest de l’Inde. Je rejoins mon hôtel en taxi, à mon arrivée, C’est le choc! Dans la rue c’est la cacophonie la route est gavée de voiture et ça klaxonne à tout va, c’est un vacarme sans nom. La rue et les trottoirs sont défoncés, il y a des détritus partout. Des gens dorment à même le sol, sur le trottoir. La rue est bordée de petites boutiques dont les toits sont fait de tôles, de bâches et de planches. Ma petite vision étriquée du monde d’homme occidental est quelque peu malmenée. Oh, j’avais déjà vu ce genre de choses au Venezuela, mais c’était différent, c’était un voyage organisé, j’étais dans une bulle qui me protégeait.

Bien que complètement crevé par le voyage, et sans réelle envie, je pars découvrir la ville. Je dois prendre le train urbain, ici c’est un peu comme le métro. J’achète un ticket mais en fait ça ne sert rien car il n’y a aucun contrôle, autant te le dire tout de suite ça sera le premier et le dernier… Je cherche mon train, il y a bien des panneaux indicatifs mais je ne comprends pas le « système » ce sont juste des lettres et des chiffres. Je comprendrai plus tard que les lettres sont en fait les initiales du terminus vers lequel le train se dirige, et les chiffres c’est l’heure. Encore faut il les connaître les noms et il n’y a pas de plan du réseau. heureusement, sauvé par mon ami Google, j’en trouverai un plus tard sur internet.

Je demande donc à quelqu’un sur le quai de m’indiquer le bon train. C’est l’heure de pointe, les wagons sont bondés, comme les trains roulent portes ouvertes les passagers débordent sur les cotés! C’est hallucinant. Mais tu sais pour l’avoir testé, se tenir en équilibre hors du train alors qu’il roule c’est assez amusant, et tu as un sensation de liberté un peu comme sur une moto. Enfin, fais gaffe de trop dépasser quant même ça serait con de se manger un train qui vient en face. Et puis c’est super fun de sauter dans le train en courant sur le quai alors qu’il commence à rouler, tu sais comme dans les films!

Arrivé en ville, rien d’extraordinaire, je fais tout d’abord une ballade au bord de la mer d’Oman.

Ensuite je me rends aux monuments remarquables de la ville, essentiellement des constructions de style Victorien témoins de l’époque de l’occupation Anglaise. Mais rien de vraiment transcendant pour moi.

Je décide d’aller au musée qui se trouve non loin de l’université de Mumbai. Devant l’université se trouve un parc dans lequel les Indiens Jouent au criquet, un sport dont j’ignore tout à par le nom.

Je me fait aborder par un gamin qui me demande de jouer, je refuse car j’ai bien compris que le but est que je paye pour jouer. Et je ne me trompe pas… deux autres Indiens, la vingtaine environs, viennent me parler.  » si tu joues, il va te demander de l’argent ». Ils commencent à discuter avec moi, nous faisons un peu connaissance, celui qui parle le plus s’appelle Sanji, comme dans le manga « One Piece ». C’est pour ça que je m’en souviens. L’autre c’est Sani. Sanji connais Toulouse! Enfin du moins le nom de la ville car il a une carte de France dans sa chambre étudiante. Aller en France, c’est son rêve à lui. Entre autre il me parle d’une carte de transport pour les voyageurs étrangers qui permet de prendre le train et les transports en communs gratuitement dans toute l’Inde. Un peu comme le Japan rail pass au Japon, il me dit qu’il y a un bureau officiel de tourisme du gouvernement pas loin et me propose de m’y amener. J’accepte! cette carte me serait bien utile, mais c’est étrange que je n’en ai pas connaissance, c’est peu être tout nouveau… 〈niveau de méfiance 1〉. En cour de route Sani me raconte qu’il est cireur de chaussures, et que ce n’est pas facile pour lui. Il aimerait une licence officielle mais il n’a pas les garantis qu’on lui demande, et en tant que cireur « non officiel » il a une réputation de mauvais garçons.  Tout ce qu’il veut, c’est gagner de l’argent pour s’en sortir. En discutant, on passe devant le musée, Sanji me dit qu’il est trop tard que j’irai demain, qu’il vaut mieux aller au bureau officiel, bizarre… 〈niveau méfiance 3〉. La ballade commence à s’éterniser, je demande à Sanji si c’est encore loin il me dit à deux minutes. On quitte l’avenue principale et arrivons dans une petite rue, nous croisons un homme qui leur dit quelque chose comme si il les connaissait… 〈niveau de méfiance 6〉. « Voilà, c’est là ». Ok donc, le truc « officiel gouvernemental » c’est une petite rue… Il y a bien un bureau avec pancarte et toute la panoplie, mais je me souviens avoir lu en préparant mon voyage que beaucoup de fausses agences ce font passer pour des bureaux officiels à Delhi, ça doit être la même chose ici. Le but étant de me faire acheter une carte qui n’existe pas. De plus j’ai capté un petit signe entre les deux compère 〈niveau de méfiance 10/10 tous les voyants sont dans le rouge capitaine!〉. Pas moyen que je rentre là dedans. Je dis à mon jeune ami que ce n’est pas un vrai bureau, et que je m’en vais. Il me dit qu’il veut juste m’aider, mais je lui réponds que ça ne marche pas. Sans dec’! Si je n’ai pas cédé à une prostituée Chinoise fort jolie, ce n’est pas deux gringalets (car oui ils le sont, et c’est un mec 1m60 qui le dit) Indiens qui vont m’avoir! Ils n’insistent pas et me laisse partir tranquillement.

Ils étaient très sympas ces deux jeunes, mais c’étaient des arnaqueurs. Je ne leur en veux même pas, la vie ne doit pas être facile pour eux, il cherchent juste à s’en sortir. Et puis il est vrai qu’ici je suis une personne riche à millions, pété de tune. Je te donne un exemple, tu vas vite comprendre. Un bon repas au restaurant dans la moyenne gamme qui me cale pour toute la journée me coûte environ 200 Roupies. Ça fait 2, 65 Euros. Oui, tu peux écarquiller les yeux et t’exclamer « la vache ». Tu as bien lu, et ce n’est pas une faute de frappe, j’en fait suffisamment comme ça. Même si quand payer un l’hôtel cash 2200R te donnes le vertige, finalement tu ne donnes que 29€ pour trois nuits…Je ne sais pas si tout ce qu’ils m’ont raconté est vrai, mais si c’est le cas, j’espère qu’un jour Sanji pourra réaliser son rêve de venir en France et que Sani ouvrira une multinationale de chaussures.

En revenant sur mes pas, je croise un homme qui dit travailler pour le Bureau officiel du tourisme, je l’envoie bouler en lui disant que j’en reviens de son faux bureau, il me sourit et me serre la main  » ok, bye ». Tu vois, ils ne sont pas méchants… juste un peu embêtants. Soit dit en passant les Indiens sont très sympas avec les étrangers, dès le premier jour j’ai senti de la bienveillance à mon égard. Toutes les personnes dont j’ai sollicité l’aide, m’ont répondu avec le sourire, d’autres m’ont parlé spontanément. Et d’autres encore m’ont demandé une photo, et oui, le chapeau fait son effet!!

Bon là il est vraiment trop tard pour le musée, j’irai le lendemain, et je ne le regretterai pas, j’ai appris plein de choses sur la mythologie Indienne, et la mythologie, j’adore ça!

De toute façon je suis très fatigué, j’ai envie de silence et de rentrer me poser, j’en ai assez de tout ce bruit, des rues sales, des gens qui me sollicitent pour que je leur donne de l’argent et des taxis qui me hèlent, Mumbai ne me plais pas, je ne m’y sens pas bien, j’ai besoin de calme et de musique… je suis sans doute sous le coup d’un petit choc culturel…

A l’heure au je rédige la fin cet article, je commence à m’adapter, je m’apprête à quitter cette ville qui m’étouffe, je ne suis décidément pas fais pour les grandes villes. Je pars à la découverte de la culture Indienne et Bouddhique dans des villes plus petites et au travers de sites magnifiques. Souhaite moi bon courage mon ami, je te donnerai bientôt des nouvelles avec un article un peu plus fun!

 

Au revoir la Chine

Alors que je m’envole bientôt pour l’Inde c’est le moment de faire un petit bilan sur mon voyage en chine.

La Chine c’est super beau, en tous cas de ce que j’ai pu en voir. J’en ai pris plein les yeux! Malheureusement la météo n’a pas été très clémente avec moi j’ai eu un ciel gris, nuageux et pluvieux pendant deux semaines. J’ai donc du revoir mon programme, moins de montagne et de nature, plus de ville… A quoi bon payer un hôtel et un déplacement si c’est pour ne voir que du brouillard ou pire, marcher des heures sous la pluie. J’ai quelques regrets quant même, notamment de ne pas avoir pu faire les « Gorges du saut du tigre ». Mais je me console en me disant que ce sont les Gorges du Yantze donc ça doit ressembler à ce que j’ai vu durant la croisière. Si je devais faire un top 3 de ce que j’ai préféré, je dirais: La grande Muraille, Zhangjiajie (malgré le brouillard) et Fengwang.

J’ai adoré manger des « brochettes de trucs » à croire que les Chinois empalent tout ce qu’ils trouvent sur des pics à brochettes! Une seule fois j’ai été un peu surpris, non pas que ce n’était pas bon, mais c’était très embêtant à manger. C’était des fruit au caramel; sur un pic a brochette donc. Des genres de petites prunes avec non pas un, mais cinq noyaux à l’intérieur! Et je ne te parle pas de pépins, mais bien de noyaux, gros comme celui d’une cerise! J’ai vite développé la méthode du hamster, qui consiste à stocker les noyaux dans une joue et mâcher ce qui est comestible de l’autre coté.

Les grandes villes que j’ai vu, sont pour la plupart semblables. Dans le centre c’est le moderne l’opulence et le luxe. Les buildings, les grands magasins et les boutiques, mais dès que tu sors du centre et des lieux touristiques, c’est la Chine vieillotte, la pauvreté, les rues sales et les habitations proches de taudis. A part dans les quartiers historiques, je trouve que les villes sont sans charme.

700 millions de Chinois et moi, et moi, et moi…

Je ne vais pas te mentir, j’ai subi un petit choc culturel…. Souvent la communication était difficile. Mais j’ai toujours réussi à m’en sortir, notamment grâce à la technique du « je te montre tu m’indiques » (je t’en parle plus bas). J’ai eu quelques petites galères et j’ai traversé de sales moments, des moments ou je me suis demandé ce que je foutait là, où j’ai eu envie de prendre le premier avion pour la France et renter chez moi. Mais, je n’ai plus vraiment de chez moi… alors il à bien fallu aller de l’avant, trouver des solutions, réfléchir, m’adapter et demander de l’aide. Et puis tu sais, abandonner ce n’est pas trop mon truc, je suis tenace et en règle générale je vais au bout des choses. Et si j’abandonne c’est que c’est la solution la plus raisonnable et intelligente.

A propos de nos amis Chinois. J’ai pas mal de trucs à dire… Attention je ne vais pas y aller de main morte… Déjà les Chinois parlent fort, trop, même souvent ils hurlent pour communiquer. Et surtout, ils ne connaissent que très peu la notion de respect, ou plutôt elle est différente de la notre. Ils se foutent royalement de ceux qui les l’entourent. l’important pour un Chinois, c’est lui. Ainsi ça ne le dérange pas de regarder sa série préférée sans les écouteurs et le son à fond ou de hurler dans son téléphone à peu près partout et n’importe quand, au restaurant, dans les transport en communs, dans la salle d’attente de l’aéroport, la nuit dans l’avion, ou même dans le dortoir alors que tu essayes de dormir. Si ça te paraît anodin, imagine juste dix personnes qui regarde un truc différent dans périmètre de cinq mètre autour de toi, plus ceux qui discutent à un volume inapproprié… c’est usant. Et puis ça gueule et ça discute dans les couloir de l’hôtel a 1h du mat’. Il y en a même un qui a allumé sa clope tranquille, dans la chambre non fumeur, allongé dans son lit. Il a fallu que je lui demande de sortir. Dans la file d’attente ou au guichet, ils te poussent te bousculent et te passent devant sans aucun soucis. D’ailleurs, ce ne sont pas des files d’attentes ce sont des mêlées de Rugby. Voir des concerts de rock dans la fosse.

Le Chinois ne respecte pas non plus son environnement, et les espaces publiques, il crache par terre à peu près partout, transport en commun, rue, station de métro. Il jette ses détritus par tout même dans les sites naturels classés qui font la fierté de son pays. J’ai vu un gars balancer une bouteille plastique d’une falaise de Zangjiaji. Pourtant il y a des poubelles partout! Dis toi simplement que tout les petits trucs de politesse, et les comportements de vie en communauté qui te paraissent normaux ne sont pas monnaie courante en chine. Par exemple au fast-food ils ne s’embêtent pas à vider et ranger leurs plateaux, même si la poubelle prévu à cet effet est à un mètre. Non ils laissent tout en bordel sur la table et se cassent. Et tant pis pour ceux qui cherchent une table libre. Toutes ces choses peuvent te sembler anecdotiques. Mais quand tu rentres de visite le soir, que tu es fatigué, qu’on t’as bousculé, poussé, passé devant toute la journée. Que tu à entendus les guides Chinois hurler dans leurs portes voix, que deux personnes ont roté à coté de toi, qu’une dizaine se sont raclés la gorge et crachés à un mètre de ta personne et que, quand tu arrives à ton dortoir il son trois à faire un truc différent sur leurs portables avec les son à fond… tu as des envies de meurtres. Si tu es déjà allé au Japon dis toi que les Chinois sont l’extrême opposés des Japonais. Ainsi je te déconseille d’enchaîner Japon et chine le choc serait trop violent! Alors tu vas me dire que c’est mon ressenti à moi et que d’autres ne voient pas les choses comme moi. Peut être… mais en tout cas toutes les personnes avec qui j’en ai parlé pensent la même chose.

Voilà ça c’était le premier point noir, le second, c’est la « liberté, mais pas trop ». En Chine pas de google, Gmail, FaceBook, youtube, deezer… et quand tu fais une recherche le gouvernement te montre que ce qu’il veut. Bon c’est un moindre mal en fait, car avec un bon VPN (donc payant) tu passes facilement par dessus les restrictions. Mais du coup je me demande dans quel monde vit le peuple Chinois, car qui dit restriction d’internet, dit pas de libre accès à l’information. Est ce qu’ils sont au courant de ce qui se passe dans le monde? Sont ils au courant que leur pays les « bride » Je me doute bien que ce n’est pas la Corée du nord mais quant même… Est ce que par exemple, ils ont accès aux séries Américaines genre The walking dead? Ça te paraît idiot comme question? Vraiment? Et bien je vais t’apprendre quelque chose que j’ai découvert avant de partir… En Chine il est interdit de diffuser des films qui parlent de voyage dans le temps. Par ce que les gens pourraient se dire « et si on avait empêché Mao d’accéder au pouvoir? »… Et ouais, Les Chinois ne connaissent pas Retour vers le futur! T’imagines?! Pas moi, c’est tellement culte!

Il y a aussi les contrôles de sécurités à l’aéroport, à la gare, dans le métro, et à l’entrée des lieux touristiques. Quand tu arrives dans une nouvelle ville, tu n’arrêtes pas d’enlever et de remettre ton gros sac de 15 kg sur le dos, c’est chiant. Tu passes ton sac au scanner et tu es fouillé au détecteur. Certaines règles sont complètements stupides. J’ai du jeter ma firesteel au magnésium à l’aéroport par ce que c’est interdit, et pourtant elle était dans le sac en soute ! Oui en soute !!! genre pendant le vol je vais descendre dans la soute, trouver mon sac, et foutre le feu… Pire, j’ai du laisser mon couteau multifonction leatherman à la gare de Datong, par ce que je n’avais pas le droit d’amener un couteau à Beijing, ailleurs oui, mais pas à Beijing, par ce que il y avait un congrès de dirigeants communistes. J’ai essayé de négocier avec le chef de la sécurité, de lui dire que j’en avais besoin, que je faisais le tour du monde, mais il n’a rien voulu savoir. Je suis resté calme et poli, mais à l’intérieur c’était Hulk. J’avais envie de lui dire que pour planter un gars je n’ai pas besoin de couteau, un simple crayon à papier me suffit. Et puis tu fait quoi si j’achète un couteau de boucher à Beijing? Enfin, c’est le genre de trucs à ne pas dire si tu veux éviter la garde à vue … Tu vois ce n’est pas tellement pour le couteau, c’est pour le principe, c’est juste complètement idiot comme directive… En plus à la fin le mec à le culot de me sortir « welcome in China »  pffffff, t’es sérieux mec? Non mais tu te fous de moi connard? cette rage intérieur j’te raconte pas… Bah, allez, je lui en veux pas à lui, finalement ce n’est qu’une marionnette au service du système.

Et donc à Beijing (la capitale) c’était l’apothéose. Je décide d’aller voir la cité interdite puis ensuite la place Tiananmen. A l’entrée du métro, contrôle de sécurité, je sors, et là je me rends compte qu’il ont sécurisé tout un quartier. Donc je fait la queue pendant une heure pour passer le point de contrôle, le sac passe au scanner, mais on me le fait ouvrir quand même, on me fouille de tout les cotés, je m’attends à un touché rectal… finalement je passe. J’arrive à la cité encore un security check!… Je fini ma visite. Et là… la sortie est en dehors de la zone sécurisée! Il faut que je repasse le contrôle pour voir la place Tiananmen. Non mais sans déconner! Tu crois vraiment que je vais faire la queue pendant plus d’une heure et me faire bousculer de tous les cotés, pour voir la place du village?! Là, c’est trop, je suis à cent mille lieux de ma notion du voyage, je tourne les talons et tant pis pour la place.

Bref, je m’énerve, je m’énerve. Mais tout ça ne veux pas dire que les Chinois ne sont pas sympas. Non au contraire, ils paraissent  souvent fermés mais ce n’est pas le cas. Ils peuvent même être adorable tellement ils sont gentils et serviables. On m’a toujours aidé quand j’en ai eu besoin, parfois même spontanément en voyant que j’étais un peu paumé. Ceux qui parlent anglais viendrons parfois te parler juste pour pratiquer la langue. Et puis un petit « nihaow » (bonjour) aide à briser la glace, plutôt qu’un « hi », « hello », ou autre « good morning ».

En tant qu’occidental(e), certains te regarderons comme une bête curieuse. Des fois c’est amusant d’autres fois c’est lourd. Bon il faut dire que moi j’ai un look assez spécial avec mon chapeau, mon piercing à la lèvre et mon sac a dos. Mais même sans ça j’ai vraiment l’impression que certains d’entre eux n’avaient jamais vu un occidental en chair et en os de leurs vie. D’autre m’ont demandé de prendre une photo avec eux, ça t’arrivera sûrement si tu t’écartes des très grandes villes. Et si tu es une blonde au yeux clair, prépares toi à poser, tu seras l’attraction locale!

 Les petits conseils

Si tu compte rester longtemps genre un mois est plus, quelques notions de Chinois ne seront pas superflux.

Utilise la technique du « je te montre tu m’indiques ». Fais toi un petit lexique avec des mot en Chinois genre bus, gare ferroviaire, aéroport…. Et montre les quand tu as besoin d’aide . Ça fonctionne avec tout, les noms de villes par exemple, car souvent ils sont difficiles à prononcer pour nous, pauvres petits occidentaux. Prends des photos des lieux que tu veux aller voir sur le net. Un truc particulier à faire ? Demande au réceptionniste de ton hôtel de t’écrire un petit texte.

Arrive à l’aéroport super tôt! Trois heures avant minimum.Car le check-in est loooong et le passage à la sécurité encore plus.

Pour les longs trajets en train, n’hésite pas à prendre la couchette!

Même si les Chinois ne le font pas, pense toujours à dire bonjour, en chinois à la caisse, au guichet, à la sécurité… tu verra souvent un sourire se dessiner et même parfois une expression d’étonnement sur leur visage. Et puis ça leur donne envie de t’aider, d’être patients et compréhensifs.

Malgré les points noirs que je t’ai exposé la Chine est vraiment un pays à découvrir les paysages te laisserons bouche bée et la culture Chinoise ne manquera de t’étonner. Peut être y es tu déjà allé? Qu’en as tu pensé?

%d blogueurs aiment cette page :