Le Machu Picchu c’est waouh!

Le voilà l’article tant attendu (ou pas) sur la merveille du monde Péruvienne. Le Machu Picchu est la raison principale de ma présence au Pérou. Tout le monde connait cette fameuse photo de carte postale de la cité perdue dans un cadre somptueux surplombée par le Huayna Picchu. J’ai d’ailleurs pris à peu de choses près la même photo. Je peux dorénavant dire « je l’ai vu ». Mais en fait, j’ai bien failli rater l’occasion de m’y rendre…

C’est le matin, je suis encore à l’auberge de Cusco et je me prépare à une journée de voyage pour me rendre à la fameuse cité Inca. Car je m’y rends par mes propres moyens, tel l’aventurier solitaire. Pas de trek, pas d’agence de voyage et pas de guide. Par ce que je trouve ça plus sympa et surtout: c’est moins cher. Si tu veux suivre mes traces je te donne un max d’infos à la fin de l’article, dans le carnet pratique…

L’objectif du jour est de me rendre à Aguas Calientes, le petit village au pied du Machu Picchu pour y passer la nuit et faire ma visite tôt le lendemain. J’embarque dans un combi à Cusco direction Ollantaytambo. J’arrive à destination deux heures plus tard, je doit maintenant me rendre à Santa Teresa ou plus exactement au lieu dit « Hydro electrica ». Je demande ou je peux prendre un collectivo pour m’y rendre, on me répond sur la place de la ville. Zut!! Quel dégoût! J’aurai du descendre plus tôt, par ce que maintenant, j’ai toute la rue à remonter pour revenir sur la place. Bon pas le choix, en avant. Arrivé sur la place, je demande ou prendre le combi, on m’amène à une dame pour acheter un billet puis, j’attends quelques minutes que le transport arrive et c’est parti pour quatre heures de route interminables. Oui quatre heures! Avec deux heure de piste en bord de falaise. En tout cas le paysage est magnifique, nous franchissons plusieurs cols pour ensuite attaquer une piste en pleine forêt qui longe un fleuve s’écoulant quelques centaines de mètres plus bas. Le trajet est tellement long que je me demande même si on va bien au bon endroit. Mais finalement me voilà arrivé à « Hydro electrica ». Je me rapproche du but. D’ici il est possible de prendre le train pour aller à Aguas Calientes. Mais ça serait dommage de se priver de la suite: Une marche de deux heures au milieu de la forêt. Je charge mon sac sur le dos et me mets en marche, c’est très simple, le chemin est tout plat et il suffit de suivre les rails. Le cadre est sympa, il fait bon, c’est à l’ombre, bref la ballade est agréable.

Un peu plus de deux heures plus tard j’arrive à  Aguas Calientes, il est 17 heures, j’ai fais 8 heures de route, une bonne grosse journée!

Aguas Calientes, et un village fort sympathique, très propre, toutes les rue sont pavées, il y a des restaurants, des hôtels, des cafés, et des marchants de souvenirs à tous les coins de rues. On sent bien que l’argent amené par le Machu Picchu est là…

Demain matin je pars à la découverte de la fameuse cité, j’y vais en bus, et pour ne pas faire la queue le lendemain j’achète mon ticket aller/retour. Le soir, par précaution je vérifie mon billet électronique que j’ai acheté il y a quelques jours. Je fais la visite dans le groupe du matin en commençant par la « montaña Machu Picchu » à sept heure (je t’explique tout ça dans le carnet pratique). Et là; c’est le drame… Je me rends compte que ce n’est pas un billet d’entrée mais juste une réservation! En fait il faut que je m’enregistre sur le site, vite! Je me connecte au site de billetterie, en espérant qu’il n’est pas trop tard, normalement non, car j’ai payé mon billet… Je rentre mon numéro de réservation: « Invalide ». Aie… Ah, j’ai fais une faute de frappe, je le retape: « Invalide ». Zut! encore une erreur, il faut dire que j’ai un peu la pression… Je recommence: Toujours rien, pourtant cette fois pas d’erreur. Je retente… Ouf, ça fonctionne j’accède à mon vrai billet. je le télécharge. Sauvé. J’analyse le truc… Et là; c’est le  re-drame. Je comprends que le billet électronique « virtuel » n’est pas valable, il me faut une version imprimée. Mais comment faire? Je n’ai pas d’imprimante dans mon sac à dos, il est neuf heure du soir, C’est la panique!!! Je me vois déjà devoir rester plus longtemps, racheter un billet, annuler l’hôtel de ma prochaine destination, ne pas prendre le train que j’ai réservé pour le retour à Cusco. Bref, perdre des sommes d’argent astronomiques!!! Vite je dois réfléchir, trouver une solution et m’adapter. Deux solutions:

  • Me rendre au bureau de vente de tickets de la ville et demander à ce qu’on m’imprime le mien.
  • Trouver une imprimante.

Le bureau est à deux minutes de mon auberge, qui bien sûr n’a pas d’imprimante, ça serai trop simple… Comme il est tard, le point de vente est fermé. Bon… Deuxième solution, mais ou trouver une imprimante… vite, le temps presse… Si Mc Gyver était dans ma situation il en fabriquerait une avec un trombone, un lacet, une rallonge électrique et un vieux crayon mâchouillé, mais moi j’ai pas son talent! Je rentre alors à l’auberge pour réfléchir. Lorsque soudain, là, sur le comptoir de l’hôtel juste à coté, je la vois! C’est une belle imprimante Epson, oh elle n’est pas de première jeunesse mais elle devrait faire le boulot. Non de Dieu! J’ai du bol quant même! Bah après avoir traversé une sale période au Guatémala il fallait bien que la roue tourne! Vite, je me précipite à l’intérieur. Une dame m’accueille.

« buenas noches, necesito ayuda » – Bonsoir, j’ai besoin d’aide –

J’explique mon problème, et demande si je peux utiliser le PC et l’imprimante. – quel génie d’avoir pris ces cours d’Espagnol – Bien gentillement elle me laisse la place. Bien entendu Je ne peux pas connecter mon smartphone à l’imprimante, mais je me suis envoyé le fichier PDF par mail. Je me connecte à mon compte mail. Mince! La touche @ ne fonctionne pas! La tuile… Je fais un petit copier/collé d’une de leur adresse juste pour obtenir le petit sésame internet. C’est bon je suis sur mon compte, j’accède au fichier. « Imprimer »: Je clique!… Rien… Arf, ben oui si j’allume pas l’imprimante ça ne peut pas fonctionner! Je mets donc la bête en route… clic, clac… bzzzzzzz, ffffiiizzzz (c’est le bruit de l’imprimante qui imprime) En cinq secondes me voici en possession du billet tant convoité, Youpiiiiiiii!!!!! Je remercie chaleureusement la dame et je retourne à l’auberge pour me coucher, demain je me lève tôt.

Le lendemain je suis debout à six heure pour me rendre à l’arrêt de bus, le premier était à 5h30. Je me dis qu’il n’y aura pas grand monde à cette heure ci. Mais j’ai sous estimé le touriste lambda! Il y a déjà une belle queue, heureusement les bus s’enchaînent vite, toutes les cinq minutes. Je présente mon billet de bus et celui d’entrée aux ruines, le contrôleur met un beau coup de tampon sur les deux (impossible avec un billet virtuel…). Je monte dans le bus et une petite demi heure plus tard…

J’y suis! Quoi de mieux que ce bon vieux générique de mon enfance pour illustrer cet instant.

Après avoir passé le guichet d’entrée et reçu un autre tampon, je me dirige vite vers la montagne Machu picchu car je dois y rentrer entre 7h et 8h et il est déjà sept heure, j’en prends déjà plein les yeux mais je n’ai pas trop le temps d’en profiter pour l’instant. Après quelques détours j’arrive à l’entrée de la montagne à temps.

La montaña Machu Picchu quésaquo?

Pour te parler de la Montaña Machu Picchu il faut que je te parle du Huayna Picchu. Le Huayna Picchu c’est la montagne derrière la cité que tu peux voir sur les cartes postales, comme sur la photo de couverture de cet article! La montaña Machu Picchu se trouve en fait de l’autre coté. C’est de là haut que tu peux prendre la fameuse photo et au passage avoir un fabuleux panorama. Le Huana Picchu offre quant à lui une vue plongeante sur la cité.

Je m’attaque donc à cette montagne, c’est une ascension qui fait mal aux cuisse! Ce n’est pas moins de 1900 marches qui faut emprunter pour gravir les 550 mètres de dénivelé qui mènent au sommet! Ça monte sec!

A certains endroits la vue est dégagée et permet de voir la cité et les montagne environnantes, mais surtout de se reposer car ce ne sont pas de petites « marchounettes » non, ce sont des trucs de guerriers, les mecs déconnaient pas à l’époque avec les escaliers.

DSC_0098

J’arrive finalement au sommet, mais le Machu Picchu étant dans une cuvette la vue est bouchée par les nuages. Bien, j’attends un moment que ça se dégage, en attendant je fais des photos de la vallée environnante.

DSC_0043

DSC_0047
On devine la cité à travers la brume, et avec un gros zoom…

DSC_0071

Et enfin le ciel se dégage, c’est pas tip top, mais je n’aurais pas mieux, et puis je ne peux pas rester trop longtemps, je dois encore redescendre et visiter le site, comme je suis dans le groupe du matin je suis sensé repartir à midi.

DSC_0076

Je redescends ensuite pour faire la visite des ruines. Honnêtement je n’y ai rien trouvé d’exceptionnel si ce n’est la perfection Inca de la technique de taille et d’empilage des pierres. Par certain endroits on dirait un vrai Tetris. Je crois qu’il y a même des farfelus qui pensent que les Incas aurait été aidé par des extraterrestres pour bâtir leurs cités (comme les pyramides) tellement les choses paraissent parfaites.

DSC_0139

 

De plus, étant un lieu hyper touristique, c’est gavé de touristes. C’est une visite à la queue leu leu derrière les groupes guidés – grrrr, mes ennemis jurés – qui n’avancent pas et les gens qui semblent monter et descendre des marches pour la première fois de leur vie.

Et puis ça manque de panneaux explicatifs pour savoir ce que je regarde. Mais le cadre reste magnifique. Ce sont des montagnes verdoyantes à perte de vue.

A la fin de la visite j’applique sur mon passeport le coup de tampon Machu Picchu, preuve irréfutable que j’y étais, puis je retourne à Aguas calientes en bus.

dsc_02151.jpg

 Voilà, et de six! il ne me reste plus qu’à voir le Christ rédempteur de Rio. Le Macchu Picchu est un lieu magnifique, plus que les ruines c’est en fait le cadre incroyable au cœur duquel est implantée la cité qui en fait un endroit incontournable. Tu ne seras pas déçus du voyage! 

 

Carnet pratique: Le Machu Picchu en solo.

Ici je ne parlerai pas des treks qui permettent d’accéder à la cité mais plutôt comment y aller seul en réduisant les frais et donc sans train.

De Cusco, tu dois prendre un minibus pour Ollantaytambo, ils sont dans la rue « Puente Grau« , ça te coûtera 10 Soles. Environs deux heures de route.

A Ollantaytambo, descend à la place de la ville et prend un autre colectivo direction Hydro electrico: 30 Soles. Quatre heures de route, courage… Possibilité de prendre le train ici.

Une fois arrivé, marche en direction des rails, suis les panneaux Machu Picchu pour aller à Aguas Calientes. Ça monte deux minutes et tu te retrouves plus haut devant d’autres rails tu n’as plus qu’à les suivre jusqu’à la ville (tu les quitteras un peu avant). 0 soles! Deux heures de marche. Possibilité de prendre le train ici aussi.

Tu peux faire pareil pour le retour, ou prendre le train à Aguas calientes pour Ollantaytambo. C’est ce que j’ai fait: 170 Soles (43€) outch! on est loin des 40 Soles (10€)

Billets pour le machu Picchu

Bon là, c’est un peu complexe, l’accès au cite est réglementé à 5000 personnes par jours. Tu peux acheter ton billet dans des agences à Cusco, à Aguas Calientes ou par internet sur    http://www.machupicchu.gob.pe/ .

Plusieurs choix sont possibles:

  • Machu Picchu seul
  • Machu Picchu + huayna Picchu
  • Machu Picchu + montaña Machu Picchu

Pour chacun des choix tu choisis ton groupe, matin ou après midi, et l’horaire auquel tu veux grimper la montagne de ton choix. Pour les deux premier tu devrais trouver des places quelques jours avant. Par contre pour le Huana Picchu il faut réserver bien plus tôt!!

Pour le billet internet suis ces trois étapes: Reservation, Paiment et Chek-in. Attention imprime ton billet!!!! 

DSC_0077

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Le Machu Picchu c’est waouh!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :