Publicités

Zhangjiajie et le mont Tianmen

zhangjiajie-national-parc

Les Chinois disent volontiers que James Cameron se serait inspiré du parc national de Zhangjiajie pour créer le décor des montagnes flottantes du film Avatar. Mais cette affirmation n’a jamais été confirmée par le réalisateur. Tu veux mon avis? Ben ouais, je pense que le mec a carrément tout pompé.

L’arrivée à Zhangjiajie

C’est après vingt heures de train de nuit sans couchette, dans le but d’économiser un peu, que j’arrive en ville. Oui vingt heures! Sur un siège qui ne s’incline même pas et qui est sans doute rembourré avec du bois. Mais ne t’inquiètes pas pour moi, j’ai quand même réussi à dormir…Trois heures. Pas facile de trouver une position correcte et un minimum confortable.

Par chance il n’y avait personne à coté de moi, du coup j’ai pu « m’allonger » recroquevillé sur le coté. Autant te dire qu’à mon arrivée je ne suis pas très frais. Je me rends à mon hôtel en taxi et m’effondre sur le lit. A mon réveil, le soir, je prépare mon expédition dans le parc national grâce au plan que j’ai récupéré à l’auberge.

Il faut savoir que « Zhangjiajie » c’est le nom d’une ville, d’un petit village pas loin et aussi celui que l’on donne au parc national. Ainsi si jamais tu vas y faire un tour, prends garde à la localisation de l’hôtel que tu réserves.

Visite du parc national de Zhangjiajie

Comment se rendre à Zhangjiajie?

Le « site des montagne d’Avatar » se trouve à 40 km de la ville et il est très bien desservit. Un combi part toutes les cinq minutes en direction du parc. Mais encore faut il le trouver le minibus…  En effet sur le guide que j’ai utilisé pour planifier mon voyage en Chine. Il y avait écrit « le bus part de la gare ferroviaire, pas de la gare routière ».

Il faut savoir que les deux sont juste à côté l’une de l’autre. Je passe donc devant la gare routière et me dirige en direction des bus qui stationnent devant la gare ferroviaire, mais impossible de trouver le bon. Je me dis que si il y en a un toutes les cinq minutes, ça doit tourner épais… Pourtant là, il ne se passe rien et puis où sont les autres touristes?

En regardant la route, j’aperçois beaucoup de bus qui circulent. Tu l’as sans doute compris, les navettes pour le parc national partent bien de la gare routière! Bref je suis finalement dans le bus, go go go!

Jour 1: La magie

Me voilà maintenant devant l’entrée pour visiter Zhangjiajie. le billet d’entrée coûte 245¥ (31€). Zut! Comme un idiot je n’avais pas vérifié le prix avant de partir! J’ai juste assez pour payer le billet mais pas pour payer le bus du retour.

Pas de panique le centre d’accueil des touristes est grand et je suis dans un pays civilisé donc il y a forcement un distributeur quelque part. Bien obligé, sinon la journée est pliée il est déjà onze heure. Bingo! Il est là, je suis sauvé! Je prends donc mon ticket.

Il est valable quatre jours. De plus toutes les navette du site sont gratuits. La visite s’articule autour de différents points de vue que tu rejoins à pieds ou en bus.

Le ruisseau du fouet doré

Déjà à l’entrée j’ai une jolie vue sur les montagnes de calcaire. J’avance sur le parcours du ruisseau du fouet doré. C’est une petite ballade forestière au bord d’une rivière. Je suis un peu surpris car je m’attendais à un petit chemin de randonnée et j’ai en fait droit à une autoroute pavée.

Toutefois le parcours reste bucolique, calme et agréable. Derrière les arbres je vois se dessiner les tours karstiques ( formations calcaire) qui apparaissent drapées dans un léger brouillard.

zhangjiajie-sentier
Le sentier…
zhangjiajie-fouet-dore
Le fouet doré

J’arrive à une intersection et un choix s’offre à moi: Tout droit l’ascenseur panoramique ou à gauche les escaliers pour monter au sommet… D’après toi je choisis quoi?… Aaaaah tu me connais bien! Eh oui, c’est l’heure du défi sportif du jour! Je vais prendre les escaliers c’est censé prendre à peine une heure. L’ascenseur ça sera pour le retour.

Je monte les marches d’un bon pas et comme il fait chaud, je tombe des gouttes grosses comme mon pouce mais ça reste moins difficile que le monastère de Pétra . Eh oui car ici je suis à l’ombre! Régulièrement il y’a des petits snack où se reposer, s’asseoir, acheter une boisson, manger…

Mais moi je suis un dingue dans ma tête, il n’y a pas moyen que je m’arrête avant d’arriver au bout. C’est le Crossfit spirit! Il faut bien que je m’amuse un peu. Sur le chemin pas grand chose à voir à part des arbres. Finalement j’arrive en haut en quarante minutes.

Les montagnes d’Avatar en chine!

Me voilà sur les hauteurs du parc forestier de Zhangjiajie. Je me rends au premier point de vue panoramique. Eh là, c’est la grosse claque. Que dire à part que c’est beau, mais je te dis ça dans pratiquement chaque articles, tu vas commencer à te lasser.

Les pics de calcaire se dressent au travers de la brume. Ils émergent de la dense forêt en contrebas et la dominent. De plus ils sont habillés d’arbres qui poussent sur la roche, c’est un peu comme si il y avait deux forêts une de bois, et une de roche. C’est la nature, le temps, et les éléments qui ont forgé ces pitons rocheux aux formes indéfinissables, et on peut dire que le boulo a été bien fait. En effet c’est vrai que ça ressemble au décor du film.

zhangjiajie-national-parc-5

Ici, il y a notamment le plus haut pont naturel du monde. C’est une arche entre deux pic créée par la nature. J’enchaîne les points de vues tous plus surprenants les uns que les autres. Toutefois je dois aussi me frayer un chemin dans le flot de touristes, et ce n’est vraiment pas facile car la foule est dense.

zhangjiajie-pont-naturel
Le pont naturel du parc de Zhangjiajie

Sur le chemin il y a un singe pas farouche qui fait le bonheur de tout le monde et qui pose volontiers pour quelques friandises.

zhangjiajie-singe
Il est pas mignon?

Le retour

Il est temps de rentrer. Je prends une navette pour l’ascenseur panoramique, j’arrive devant l’entrée, mince! Il faut un ticket! Ce n’est pas compris dans le prix (ça non plus ce n’était pas précisé dans mon guide…).

Il n’y a pas de guichet autour de l’entrée, ou alors je ne l’ai pas vu. Je décide donc de reprendre la navette car j’avais remarqué un grand bâtiment « Tourist information » au niveau de l’arrêt. Ils ont peut être des tickets. Mais pas de chance, c’est fermé et vide. Bon… et bien, c’est parti pour me retaper tout le parcours en sens inverse!

De retour je décide de rester un jour de plus pour voir la deuxième partie du parc car la foule m’a ralenti et donc je n’ai pas eu la possibilité de la faire aujourd’hui.

Jour 2: Le fiasco Tianzi-shan

En effet, il y a deux parties et donc deux entrées pour visiter Zhangjiajie. Je m’attaque donc aujourd’hui à la deuxième section du parc. La partie du mont Tianzi-shan. Ici il faut prendre un téléphérique pour arriver en haut. Il n’est pas compris dans le billet d’entrée. Pour monter ça coûte 72 Yuan (9€). Le ticket est sous la forme d’une petite carte postale prés-affranchie (pour la Chine). La montée dure quelques minutes et à voir la photo figurant sur le ticket la vue est superbe…

Dans le brouillard

Malheureusement aujourd’hui le ciel est nuageux et plus on monte plus on s’enfonce dans la brume. Arrivé en haut je me retrouve dans un épais brouillard, je n’y vois pas à cent mètres…

tianzi-shan-brouillard
Voilà voilà…

Je tente quand même quelques points de vue. Mais à chaque fois le résultat est le même je ne vois rien à part une purée de pois et quelques fois un petit bout de rocher plus courageux que les autres qui se bat pour émerger de la brume.

tianzi-shan-vue
la tristesse…

Quand bien même il y a une brume épaisse, mes collègues touristes Chinois ne se démontent pas! En effet Ils prennent plein des selfies. Ça pause, ça fait la moue, un coup de face, un coup de trois quart, ça sourit devant le smartphone. Là, avec le brouillard en arrière plan… Il y a des trucs que je ne comprendrai jamais.

Pour ma part je range mon appareil. Parce que la les montagnes de Zhangjiajie: C’est mort! De plus Il est midi, j’ai faim et je suis très désappointé! Alors pour me consoler je vais mangé au Mc do. Oui, car même là-haut ce bon vieux clown Américain a déposé une de boutique. Pendant que je retrouve le goût du trop gras, trop sucré, trop salé mais trop bon, je mets en place une stratégie pour sauver ma journée.

Plan B

A cinq kilomètres à peine du parc il y a le lac de Baofeng. C’est un lac au milieu des pics rocheux, ça à l’air très joli et c’est en bas, du coup je ne serai plus dans les nuages et il y aura quelque chose à voir et surtout à apprécier. Je reprends donc le téléphérique avec la joie de repayer un billet car ils ne sont pas aller/retour. Ça pourrait quand même être précisé dessus « one way » ce n’est pas bien compliqué et ça m’aurait évité de retourner en arrière une fois arrivé devant le contrôle de tickets…

Le lac de Baofeng

Bref, me voilà devant l’entrée du lac, prix du billet 96¥ soit 12 euros environs et bonne surprise le prix de la ballade en bateau et compris! Pour atteindre le lac il y a une petite balade à faire.

baofeng-vueJ’arrive au lac, et immédiatement je ne regrette pas d’être venu. Il est comme perdu au milieu des falaises et des pics, tout est vert et densément boisé.

La petite croisière de Baofeng

J’embarque pour la petite croisière guidé, en Chinois. Donc je ne comprends rien mais ce n’est pas grave je profite du paysage, le coin est calme et paisible. Ici il y a très peu de touristes ça fait du bien de quitter la foule, de plus il se dégage quelque chose d’un peu mystérieux, j’ai l’impression d’être totalement perdu dans un autre temps.

lac-baofeng

Nous arrivons à un genre de petite maison sur le lac, les autres personnes du bateau se mettent à taper dans leurs mains… bah, sans savoir pourquoi, je les imite. Une femme habillée d’un costume traditionnel sort alors de la maison et commence à chanter. Sans doute un chant traditionnel de la région, ça renforce ce sentiment d’être ailleurs.

Plus loin de l’autre coté de la rive, nous arrivons à une autre maisonnette. Nous tapons alors dans nos mains mais rien ne se passe. Puis, alors que le tour du lac se termine bientôt nous repassons devant cette maison: « clap, clap, clap ». Cette fois ci un homme sort et se met à chanter. Sa chanson terminer le bateau se remet en route.

C’est alors qu’un des touristes du bateau dit quelque chose au chanteur. Il répond et tout le monde se marre… Zut! J’ai raté la blague du jour à cause de mon incompréhension de la langue locale. J’imagine que ça devait être ce genre de truc:

« Ben alors, t’étais où tout à l’heure »

« Désolé, j’étais parti faire caca! »

Oui c’est bête, mais c’est le genre de trucs qui me fait rire moi!

Le retour du lac

Le bateau nous dépose sur la berge et le chemin du retour se fait de l’autre coté du lac et se termine par une chute d’eau et un bassin rempli à raz bord de carpe et de poissons rouge. Il y a presque plus de poissons que d’eau, on se croirait au rayon poissons rouges d’une animalerie! C’est une rivière de poissons dans le bassin.

baofeng-poissons
Une rivière de carpes koï

Je fini par un petit coup d’œil à l’artisanat local puis je décide de rentrer, bien content d’avoir sauvé mon après midi.

 Le mont Tianmen: La montagne de Zhangjiajie

Le mont Tianmen c’est un peu LA montagne de la ville de Zhangjiajie. Il y a une ouverture à l’intérieur qui forme comme un trou de serrure, normalement on le voit depuis la ville mais ces jours-ci il y a des nuages alors je ne le vois pas ce fameux trou.

Comment se rendre au mont Tianmen?

Tu peux te rendre facilement te rendre sur cette montagne. En effet il y a un téléphérique et des bus qui partent directement de la ville toutes les deux minutes. Je ne connais pas trop les tarifs car c’est mon auberge qui a réservé mon ticket pour 240¥. Pour ce prix là je monte en bus et je redescends en téléphérique.

L’entrée

Une fois à la première étape du bus je vois enfin ce fameux trou. Enfin… je le devine car il y a beaucoup de brouillard. Je suis inquiet pour la suite car il faut encore monter quelques kilomètres.

Arrivé en haut après une route de montagne bien tortueuse comme il se doit, me voilà en face de la brèche dans la roche. Avec la brume derrière j’ai l’impression de voir un portail vers une autre dimension comme dans les films de science fiction.

La visite continue par la montée de « quelques » marches pour atteindre la brèche et le panorama de la vallée. Après quelques minutes de transpiration intense j’arrive en haut. Il y a du brouillard mais ce n’est pas aussi méchant que la veille, je peux admirer un magnifique paysage. Malheureusement je me rends vite compte que mes photos ne rendent pas justice à ce que je vois vraiment, tant pis… Les souvenirs c’est dans la tête pas sur une carte mémoire.

tianmen-arche
La porte vers un autre monde…
tianmen-vue-arrivee
Vue de l’autre coté de la brèche

La visite du mont Tianmen

Ensuite direction l’autre coté de la montagne. Pour cela j’emprunte pas moins de sept escalators immenses. Le parcours dure au minimum un quart d’heure et c’est vraiment barbant car j’ai plus l’impression d’être dans le hall d’un aéroport qu’en pleine montagne. Mais finalement, j’arrive enfin au sommet.

Le site est très grand, et ici aussi tout est fait pour accueillir les touristes, pas de petits sentiers de montagne, que de la route pavée. Et comme pour le parc forestier de Zhangjiajie la visite s’articule entre différents points de vue. A ceci près qu’il y a beaucoup plus de panoramas à voir car les chemins sont carrément construits à flanc de montagne. Même avec ce maudit brouillard persistant c’est vraiment très beau je ne cesse pas de m’émerveiller toute la journée, ça en devient presque lassant!

Parmi les « attractions » notables, j’ai adoré la traversée du pont suspendu qui bouge sous le poids des touristes comme un bateau secoué par la houle. De plus il y a aussi le fameux plancher de verre du mont Tianmen. J’ai beau faire de l’escalade et avoir fait du canyoning ça reste impressionnant. Et puis j’ai la classe avec ces petits chaussons rouges pour ne pas salir le verre!

tianmen-pont-suspendu
Le pont suspendu du mont Tianmen
tianmen-verre-plancher
le plancher de verre
tianmen-vue-route
Vue sur la vallée

Après bien quatre heures de marche, j’ai fait le tour de la montagne d’est en ouest il maintenant temps de me diriger vers le téléphérique pour retourner à Zhangjiajie et se qui sera un grand moment de solitude…

L’anecdote de la galère

J’arrive à la station et je vois un grand panneau lumineux d’information écrit tout en Chinois, sauf les nombres. Je comprends que ce sont des heures de passage… Mais mince moi je ne suis pas au courant, mon ticket est tout en Chinois lui aussi, et visiblement il n’y pas d’heure de passage inscrite dessus.

Là, je panique un peu. Je me dis que j’ai sans doute mal compris et qu’il faut en fait que je rentre par les escalators puis le bus. Je me rends donc aux escalators qui ne sont pas très loin. Là bas on me fait comprendre que non, je n’ai pas le droit de passer par là, il faut que je prenne le téléphérique. J’y retourne donc et je me positionne dans la file d’attente.

A ce moment, je me rends compte que tout le monde a un petit papier supplémentaire dans la main sauf moi! Sans doute leur heure de passage.Pourtant moi on ne m’a donné que mon ticket au guichet! L’ inquiétude me gagne, je me vois déjà dormir là haut! Je demande alors de l’aide à un policier qui ne parle pas un mot d’Anglais.

Aidez moi à retourner à Zhangjiajie!

Je lui montre alors mon ticket, il appelle un de ses collègues qui m’invite à le suivre. Il m’emmène derrière un bâtiment où il y’a des genres de distributeurs. Puis il me prend mon ticket d’entrée, le scanne, appuie sur deux boutons et me sort le précieux petit papier qui détermine l’heure de mon passage. Super les gars! Comment je pouvais deviner qu’il y avait des générateurs de tickets planqués derrière? Les placer à l’entrée de la station ça ne serait pas plus con non?

Eh oui c’est super, j’ai mon ticket mais… Bordel! Il est tout en Chinois le truc! Je ne sais toujours pas quand je dois passer, j’essaie la communication avec le policier, mais lui non plus ne parle pas Anglais. Il me fait juste comprendre que je dois attendre. Ok mais jusqu’à quand?!

Ensuite je trouve une guide de groupe, mais elle non plus ne me sort pas un seul mot Anglais. Je comprends juste que je dois m’asseoir… « Je veux rentrer chez moi… » C’est ce qui me passe par la tête. Je reprends mes esprits. Je prends mon petit papier de passage, puis je regarde attentivement ce foutu tableau et je compare les caractères…

Calme et réflexion…

LA! C’est la même chose! Donc visiblement je passe dans la vague de 18h00 et il est 17H00. Ah mais attends… ça… je connais, c’est un « J » de mon alphabet à moi… Okkkkkkk! Les passages sont en fait dans l’ordre alphabétique! Mais je n’ai pas percuté en regardant le tableau.

Il faut dire aussi que avant le « J » c’est le « I » et cette lettre c’est juste un trait, et des traits il n’y a que de ça dans les kanjis Chinois. Un peu plus tard encore je me rends compte que le tableau passe aussi en Anglais mais seulement une minute contre cinq en Chinois… Il faut y tomber dessus quoi…Au final j’ai fini par réussir à rentrer à l’auberge, et je me suis précipité sur mon PC pour te raconter cette histoire.


Pour finir cet article  je ne peux que dire que Zhangjiajie c’est super beau mais ça dépend de la météo! Vas y quand même ça vaut le coup. Et si un jour lors d’un voyage tu te sens complètement largué, assieds toi réfléchis et raisonnes intelligemment, tu trouveras la solution!

Je te pose le lien du parc national ici (en anglais)

goku-zhangjiajie

Publicités

5 commentaires sur “Zhangjiajie et le mont Tianmen

  1. Encore une super aventure pour la petite mascotte ! Sérieux, ils en pensent quoi les Chinois quand ils te voient sortir la figurine ? 🙂
    J’ai aussi pensé à un billet tout con : tu fais quoi la journée à part les ballades, le blog et pipi caca ? Le soir par exemple ? Tu te fais des amis dans l’auberge ou c’est chacun sa pomme ? Tu te fais inviter chez les Chinois comme « j’irai dormir chez vous » (à part la chinoise à la proposition indécente) Raconte un peu ! Bises

    • Bah, je ne sais pas se qu’il pensent, je ne comprend pas leurs langues, un seul a vraiment réagit jusqu’à présent il était plutôt amusé. Si j’ai le temps je pondrai un article sur les « à coté »…

  2. Super ton article, ça m’a donné envie d’y retourner en Chine. On est allé à Yangshuo mais là c’est encore plus dans la Chine « profonde » ton truc ! Magnifique en tout cas !

  3. Ping : Rio de Janeiro et le Christ rédempteur – Mes yeux sur le monde

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :