Lima, me v’la

Bienvenue au Pérou le pays de la cordillère des Andes, des alpagas, des lignes de Nazca, du Machu Picchu et de l’Inca. Bon, pour le moment je n’ai rien vu de tout ça vu que je suis resté au cœur de la capitale du pays: Lima. Allez hop! Je t’embarque pour une petite visite du centre historique.  

Mission one: Money.

Deux heure du mat’; j’arrive avec deux heures de retard à l’aéroport. Bon c’est pas si grave vu que j’ai prévu de renouer avec ma bonne vielle habitude de dormir sur place… Une fois mon sac récupéré, je change les 150 Dollars de ma réserve de survie en Sols Péruviens. Eh oui! Toujours pas de code de carte de retrait… Parait-il que cette vaste blague prendra fin incessamment sous peu. Bref, je sors ensuite dans le hall des arrivées et m’installe pour une bonne nuit, par terre, comme un clodo et comme une vingtaine d’autres personnes qui comme moi trouvent qu’il est un peu tard pour rejoindre la ville.

Le lendemain je prends un taxi direction un bureau Western Union en centre ville dont j’avais noté l’adresse. Devant le guichet, c’est un peu l’angoisse, ça prend du temps, si il y a un quelconque problème et que je ne peux pas récupérer l’argent que ma Famille m’a envoyé c’est retour en « Macronie ». Mais bon, aucun problème, c’est un soulagement. Je récupère ma petite liasse et me dirige vers mon auberge de jeunesse non loin de là. Bah oui je suis un p’tit malin moi, je me suis débrouillé pour que les deux soient proche comme ça je ne paye qu’une course de taxi. – Mission clear –

Mission two: The package.

Je dois maintenant récupérer un colis que m’a envoyé mon meilleur ami. C’est un plan que nous avons mis en place avant mon départ. Très simple; à mon signal, il devait envoyer le colis en « poste restante » à Lima et moi le récupérer. Il a rempli sa part du contrat – merci -, maintenant c’est à mon tour de me débrouiller pour récupérer le truc. Direction la poste centrale de la ville, là bas on m’explique que mon colis n’est pas ici mais au dépôt général, ben tiens! Ça m’aurait étonné, c’était trop facile… La guichetière me donne une adresse et un numéro de colis. Je saute dans un taxi, une fois arrivé il reste pour m’attendre. J’attends un quart d’heure avant que l’on s’occupe de moi (pareil qu’en France, ça fait plaisir!) pour finalement me dire que ce n’est pas ici! Kweuaaa?! Ah en fait il faut juste que je face le tour du bâtiment, ouf! Je reprends mon taxi, nous arrivons sur place. J’explique ma situation au gardien qui me laisse rentrer, puis au guichetier qui m’imprime une feuille; super le colis est bien ici! Ah, par contre il lui faut une photocopie de mon passeport, et ici il n’y a pas de photocopieuse, c’est ballot… Je retourne alors au taxi et dis au chauffeur fort sympathique qu’il faut que nous trouvions un endroit ou faire une photocopie. On tourne vingt minutes dans le coin avant de trouver un commerçant qui peut faire le boulo. Nous repartons ensuite au dépôt et enfin; je récupère le paquet tant convoité! Quelle idée géniale j’ai eu d’apprendre l’Espagnol, sans ça, ça aurait été une galère sans nom! Mais il y a quoi dans ce colis? te demandes tu les yeux remplient d’admiration face à ma détermination – l’exagération c’est bon – . Et bien c’est mon matériel de bivouac: Une tente, un matelas, de quoi cuisiner et un guide. Et en plus de ça, un T-shirt Crossfit  Caecilus que m’envoie mon ami et coach Pierre qui a sa propre Box à Albi. C’est la troisième fois que nous faisons la tentative pour que ce T-shirt fasse un bout de chemin avec moi. La première c’était un envoi en Chine, mais je n’ai pas pu le récupérer car je n’avais pas le numéro de colis. La deuxième fois, il l’a envoyé à Solène notre amie de Auckland en Nouvelle Zélande mais elle ne l’a pas reçu à temps. La troisième fût la bonne! – Mission clear –

Mission three: Tourism.

A mon arrivée dans Lima je sens une forte différence avec Xela au Guatemala. La capitale Péruvienne est nettement plus développée, plus dynamique, plus effervescente, plus moderne que ce que j’ai vu au Guatemala. Ici ça grouille de monde, les routes sont tout le temps bouchées, les trottoirs sont larges et ça klaxonne à tout va. Mais ça reste raisonnable, ce n’est pas comme en Inde (ouf!). C’est peu être logique, c’est la capitale du pays après tout, et puis en plus, je suis juste à coté d’un grand centre commercial, alors ça accentue cette impression, est ce que c’est le cas dans tout le pays? Bah je verrai bien… Il fait aussi plus chaud aussi entre 25 et 30° je pense. Mais quand je vais prendre de l’altitude ça va changer.

Niveau visite je me suis surtout concentré sur le centre historique, comme tu le sais si tu me lis depuis un moment, les villes je n’en suis pas fan, a mon sens c’est toujours un peu les même choses à voir: Une cathédrale, des grandes places, de grands édifices, des églises… Rien ne m’a vraiment emballé.

Un petit clin d’œil à la « plaza de Francia » qui rend hommage à notre pays et aux droit de l’homme.

Mais ce que j’aime à Lima, en tout cas dans le quartier ou je loge, ce sont les parcs ou les locaux viennent se délasser et se prélasser à l’ombre des arbres. Mon préféré c’est « El circuito magico del agua » c’est un parc sur le thème des fontaines super agréable et rafraîchissant et qui plus est, dans ce même parc j’ai eu droit à une petite convention Dragon Ball. Des fans partout mais peu de cosplay (déguisements) mais beaucoup de chansons, du coup j’ai découvert qu’ici ils traduisent toutes les paroles originales… c’est un peu bizarre en fait d’entendre de l’Espagnol au lieu du japonais. – Mission clear –

Sinon j’ai goûté au « Inca cola » un soda péruvien, mais le truc reste produit par CocaCola. Alors qu’est ce que ça donne? Et bien déjà, ça a une couleur que mes yeux défaillants sont incapables de reconnaître, un genre de mélange de vert/jaune à moins que ce soit orange? Non vraiment je sais pas… Niveau goût, c’est indéfinissable, heu… Même très frais…. C’est dégueulasse. Non j’exagère, c’est juste pas bon. Comment dire c’est comme du Red bull en moins prononcé avec à la fin un genre de petit gout d’orange, je crois… Ouais! genre tu mélange du Red bull avec ce bon vieux « Tang » qu’on ne trouve plus en France, et tu obtiens ce mélange bien chimique. D’ailleurs niveau ingrédients, si tu n’as pas un doctorat en chimie organique impossible de savoir ce que tu avales.

Nouvelle de dernière minute: Je peux enfin utiliser ma carte de retrait, youpiiiiiiiiiiiii!!!! Après un mois en stress, je vais pouvoir continuer le voyage plus sereinement. Je remercie ma famille pour son aide, toutes les personnes qui m’ont proposé de m’envoyer de l’argent et toute celles et ceux qui m’ont envoyé des messages de soutien.

Et voilà, bon je n’ai pas fait grand chose ici mais je quitte demain Lima direction Huaraz, bientôt tu auras de superbes photos de paysages, enfin j’espère car j’ai passé une heure à nettoyer mon appareil. J’ai même acheté de quoi le faire bien. J’ai nettoyé le capteur d’image un truc hyper sensible mais j’ai toujours des petites taches… en fait il y a des poussière dans mon objectif, oui! A l’intérieur! Je ne sais pas comment elle sont rentrées mais c’est impossible à démonter pour nettoyer. Si vraiment c’est moche je pense que j’achèterais un autre. Je vais devoir aussi modifier le plan de route et les temps de séjours car j’ai pris pas mal de retard et il faut que je sois à Santiago du Chili fin avril, c’est dans deux mois, oui, mais j’ai deux pays et demi à traverser avant! 

 

Publicités

2 commentaires sur “Lima, me v’la

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :