La Tongariro Alpine Crossing entre émerveillement et agacement

J’ai fait une des plus belle randonnée de Nouvelle Zélande, peut être la plus belle à ce qu’il paraît. La fameuse « Tongariro Alpine Crossing ». Belle je veux bien, mais encore faut il y voir quelque chose, car la météo n’était pas vraiment avec moi, mais j’ai toutefois eu droit à des moments de pure magie…

Me voici donc à Wakapapa village, qui n’a pas grand chose d’un village, en fait c’est juste un lieu dit avec un camping, deux hôtels, un restaurant et un centre d’information. C’est surtout le camp de base le plus proche de la rando (je crois…). J’arrive au camping vers 17h00, il pleut… Je m’installe, et je prends des infos pour préparer la randonnée. C’est une Randonnée de six/huit heures. Je prévois d’y aller le lendemain avec la navette de sept heure. Je contrôle la météo… Zut pluie pour demain aussi, mais un peu mieux le jour suivant. Bon, j’aviserai demain matin…

5h30 du mat. Réveil. Ouille, ça pique un peu! Et oui le voyage, contrairement à ce que tu pourrais croire ce n’est pas de tout repos… Bon là, je ne me sens pas vraiment frais et dispo, je suis hyper fatigué, je n’ai pas envie de bouger et en plus dehors il pleut. Je ne me sens pas du tout de faire une rando aujourd’hui et qui plus est, sous la pluie. Je décide donc d’y aller plutôt le lendemain, le seul jour de la semaine où le temps sera apparemment plus clément. Je prends donc une nuit de plus au camping…  Aujourd’hui sera une de mes journées « off » repos, glandouille, internet, deux épisodes de Dragon Ball Super et une lessive. Passionnant pas vrai?

Le lendemain, rebelote, réveil à 5h30, mais cette fois j’ai bien dormis, j’ai la patate à faire peur à Parmentier et il ne pleut pas. Je prends donc le bus navette direction le point départ, il est sept heure du matin mais il est plein, et un deuxième est en train de se remplir. A l’arrivée il y a déjà du monde, j’avais lu que c’était une randonnée très fréquentée mais je ne pensais pas qu’il y aurai autant de monde, et encore, c’est le tout début de la saison. La randonnée commence en file indienne, petit à petit elle se disloquera et des groupes se formerons.

DSC_0004

Pas mal de marcheurs prennent le truc à la légère: Short, T-shirt et surtout baskets semelles plates, pourtant, sur toutes les brochures il y a des avertissements comme quoi il faut partir un minimum équipé, c’est quand même de la montagne. Surtout que aujourd’hui le temps n’est pas terrible et il fait déjà froid, enfin tant pis pour eux…

DSC_0009

Le temps est très nuageux quelques mètres plus haut c’est la brume, j’espère juste qu’il ne pleuve pas. Une fois en haut, je n’y vois pas grand choses, j’ai la tête dans les nuages mais en redescendant dans le premier cratère c’est un peu plus dégagé. Oui « le cratère » par ce que en fait la rando se passe dans une zone volcanique, le Tongariro est d’ailleurs un volcan, en fait on peut dire que toute la Nouvelle Zélande est un volcan.

Puis le sentier remonte, le vent est très fort je suis obligé de tenir mon chapeau, je déteste le vent! (sauf dans les voiles), et il y a toujours cette maudite brume on n’y vois pas grand chose c’est rageant!

Arrivé au sommet, il y a soudainement une accalmie, le vent s’adoucit et la brume s’écarte, laissant apparaître en contre bas des lacs chimiques colorés comme à Rotorua et c’est beau! Le soleil fait une percée laissant voir le panorama sublime. Un peu comme si mère nature se disait « Allez il est arrivé jusque là, il a bien mérité une petite récompense« .

DSC_0066

DSC_0077

DSC_0089
Ma photo préférée!

DSC_0084

Il y a aussi un tunnel de lave enfin je pense que ça en est un…

Puis la descente commence, cette randonnée c’est bien 1/3 de montée et 2/3 de descente. A nouveau cette brume est présente, on n’y voit pas à plus de cinquante mètres. Et puis il se met à pleuvoir, je m’arrête et j’enfile la housse de mon sac et mon poncho de pluie. Je déteste ce truc! Parce que c’est du plastique, ça empêche le corps de respirer, du coup je crève de chaud à l’intérieur, donc je transpire et finalement si je le garde trop longtemps je fini aussi trempé que si je ne l’avais pas mis.

Ça fait maintenant un moment que je marche et la pluie ne cesse pas. Bon là clairement ça me saoule, il n’y rien de plus chiant embêtant que de randonner sous la pluie, je ne prends plus aucun plaisir, je n’y trouve plus aucuns intérêts, je marche juste sous la pluie en espérant atteindre le parking rapidement: « vite que ça finisse ». Mais j’en ai encore au moins pour deux heures, la galère quoi… Je me dis que je vais sans doute finir sous la pluie, je suis blasé. Mais tout à coup alors que j’avance, en moins de trente secondes, la pluie cesse, le ciel ce dégage et le soleil brille (un peu)! Magique, Encore un cadeau de mère nature qui fait apparaître sous mes yeux émerveillés un des plus beau paysage de la rando, lac, montagnes, plaines, forêt tout y est, là réuni dans un seul panorama!

DSC_0112

Le retour jusqu’au parking se fera sous le soleil, à mon arrivée je n’ai pas besoin d’attendre le bus il est là, prêt à partir. Il reste juste une place pour moi. J’ai mis 6h30 sans me presser, avec les arrêts photos, casse dalle, vêtements etc…

 C’était une journée en demi-teinte, je regrette de ne pas avoir eu une meilleure météo, j’ai du rater pas mal de choses je pense. Mais Malgré le mauvais temps j’en ai pris plein les yeux, je n’ose pas imaginer ce que ça doit être pas temps clair

Carnet pratique

Attention la Tongarito Alpine Crossing n’est pas une boucle! Le point de départ n’est donc pas le même que l’arrivée, ils sont séparés de vingt bon kilomètres. Mais pas de panique il y a un bon réseau de bus. Les Bus partent de Whakapapa village à 7, 8 et 9 heures. Pour le retour pas d’inquiétude ils ne t’oublieront pas, car ils font une liste des randonneurs du jour, si tu mets entre six heures et six heures et demi, le bus sera déjà là, sinon il faudra attendre un peu son retour.

La randonnée en elle même n’est pas compliquée, elle est accessible à tout le monde, comme je le disais plus haut 1/3 de montée 2/3 de descente. Tu pars à 1100m et finis à 700m avec le point culminant à 1900m. Même dans le brouillard tu ne peux pas te perdre c’est une autoroute! un conseil: mets des chaussures de rando, ou au moins des trail car le terrain est accidenté. 

DSC_0115

 

Publicités

3 commentaires sur “La Tongariro Alpine Crossing entre émerveillement et agacement

  1. Salut Pat’
    Dommage que t’es pas eu beau temps :/
    En tout cas continue, tes articles sont supers. Je les commente pas tous mais crois bien que je les lis tous 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! Oui c’est dommage, et il n’y a avait pas de beau temps prévu avant une semaine, je ne pouvais pas attendre. J’ai quand même eu de belles surprises !

      J'aime

  2. Ping : À bientôt la Nouvelle Zélande – Mes yeux sur le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :