Proposition incandescente

Le soir où je me baladais sur le Bund, au moment ou j’allais rentrer, je me fais aborder par une Chinoise. Elle me demande si je parle Anglais, je lui réponds oui. Au départ je pense qu’elle veut peut être un renseignement ou que je la prenne en photo… Elle me dit qu’elle veut juste parler avec moi… A ce moment là, dans ma tête, voilà à peu près ce qu’il se passe:

  • Cerveau gauche: « c’est louche mec… c’est sans doute une pu** »
  • Cerveau droit: « pfff  meuh non! regarde là, elle en a carrément pas l’air. »

Je lui demande donc pourquoi elle veut parler avec moi. Elle me répond que c’est pour améliorer son anglais, qu’elle aime parler aux étrangers. Une réponse que je trouve fort satisfaisante. Zut! moi qui voulais rentrer… Mais je me dis pourquoi pas… Moi aussi j’ai besoin de parfaire mon Anglais et puis en plus elle est franchement pas mal et comme le dit Jean-Claude Duce sur un malentendu, ça peut passer. Ben oui… comme tous les mâles hétérosexuels, je suis faible face à une jolie femme.

  • Cerveau gauche:  » Ah! et comme par hasard ça tombe sur toi. Le gars avec son bon gros look de touriste… »
  • Cerveau droit: « bah regarde autour de toi, t’en vois d’autres toi des occidentaux qui peuvent parler anglais? Non il y’a que des Chinois à première vue »

Nous discutons donc en marchant le long du Bund. Nous échangeons des banalités de présentations et elle commence à me parler de mon nez. Elle me dit qu’il est grand… Bah oui, les asiatiques ont des petits nez et moi j’en ai un d’occidental, et qui plus est, c’est vrai qu’il est d’un fort beau gabarit, je suis pénard pour fumer sous la douche comme dirait Coluche. Ce n’est pas un nez, c’est un pic, c’est un cap, que dis-je c’est une péninsule! Mais cet appendice nasale qui siège fièrement au milieu de mon visage me permet non seulement de respirer mais aussi de flairer les coups fourrés à des kilomètres à la ronde… Et là je sens bien qu’elle ne veut pas juste me faire la conversation…

  • Cerveau gauche:  » Tu vois elle fait des allusions! »
  • Cerveau droit: « Mais n’im-por-te quoi!! Au Japon aussi on m’avait fait la remarque. Te fais pas de films »

Au bout de cinq minutes, elle me propose d’aller boire une bière, j’active donc le mode méfiance, mais j’accepte, par ce qu’elle est sympa et marrante. En fait là, je me dis que c’est peut être une sorte de rabatteuse, et qu’elle va m’emmener dans un coin où je vais me faire dépouiller par des mecs pas très cathos… Rah zut! Je n’ai pas mon couteau! Si jamais ça chauffe, j’essaierai de m’en sortir en distribuant quelques droites bien senties. Et puis ça me permettra de vérifier si tous les Chinois font du kung-fu. Ou alors, elle veut me pousser à la consommation dans un bar. Ou pire, je vais me faire découper et bouffer! J’ai vu suffisamment de films d’horreurs comme ça, pour savoir comment ça se passe, reste à espérer que je suis celui qui s’en sort vivant.

  • Cerveau gauche:  » Ça en est une je te dis! »
  • Cerveau droit: « Mais nooon, je ne vois pas où est le mal de demander d’aller boire un verre avec un parfait inconnu pour faire sa connaissance… »

Je la suis, elle me conduit dans une rue adjacente, je lui demande où on va et elle me répond qu’elle connaît un bar pas loin. Elle me parle mais je ne l’écoute pas vraiment, je repère la rue, j’observe ce qui se passe autour. Comme Van Damme, je suis « aware ». Apparemment elle n’essaie pas de me perdre dans des petites rues, nous restons sur le même grand axe. Nous arrivons au bar. Je jette un coup d’œil, ça n’a pas l’air d’un coupe gorge, il y a des clients et pas du genre des hommes seuls avec une nana chacun. C’est bien! Visiblement elle travaille à son compte; j’aime les professions libérales et libérées!

Je rentre avec elle on s’installe dans une petite pièce à l’écart et je commande une bière, une Heineken, une valeur sure! Elle, elle commande je ne sais pas quoi en chinois. Le garçon revient avec ma bière…  Ainsi que deux verres de whisky et un plateau de fruits découpés. Ok, donc la stratégie c’est de me faire picoler. Pas de bol, je ne bois que très peu d’alcool et je n’aime pas le whisky. Et surtout vu la situation, il mieux vaut que je garde l’esprit clair et l’œil vif! Je lui signale au passage que je ne paierai pas tout ça.

Elle essaie gentiment plusieurs fois de me forcer à vider mon verre de whisky mais je refuse, en plus je n’ai même pas fini ma bière. Puis elle fait apporter un jeu de dés, pour jouer à un jeu à boire! Mais là, le charme ne fonctionne plus. J’en ai assez, il n’y a plus vraiment de conversation, elle me sert des semis remorques de compliments qui sonnent faux, et vas-y que je te donne la béquet, et vas-y que je te demande de me faire un bisou. Bon… si elle me met la main au paquet c’est moi qui lui demande de payer! Blagues misent à part, ça devient too much et ridicule.

  • Cerveau gauche: « aloooooooors? j’ai pas raison là? »
  • Cerveau droit: « … » 

Je lui dis que je finis ma bière et ensuite je m’en vais. Pendant la discussion, elle écrit un truc sur son portable, c’est un traducteur Chinois/Anglais. Je lis.

« Play with the plug »

Booooon… Je ne vois pas de prises secteur aux alentours et encore moins de playstation, dommage j’aurai bien fais une partie de Street Fighter! Donc si j’avais un doute maintenant c’est sûr et certain: C’est une prostituée. Sauf qu’elle choisit son client. Eh quelque part c’est assez flatteur. Mouais… Elle a choisit le touriste plein de fric tu me diras… Mais bon, je n’ai pas l’intention de payer pour la bagatelle, j’ai quand même ma fierté! Et puis en plus j’ai surement pas assez sur moi, j’ai laissé ma liasse de billets à l’auberge.

  • Cerveau gauche: « et voi…. »
  • Cerveau droit: « Oui ben ferme la! on s’casse! »

Elle me demande de l’emmener à mon hôtel. Je ne te raconte pas la tronche qu’elle a fait quand je lui ai expliqué que j’étais dans un dortoir de six personnes! Bon je lui dis que je ne suis pas intéressé par le service proposé, mais elle ne semble pas comprendre. Je bascule ma bière et lui dis que je m’en vais. Elle demande l’addition et là, elle s’attend à ce que je paye le tout! Je dis au garçon que je ne règle que ma bière, pas de problème… Elle insiste pour que je paye ses consommations. Ah mais pas question! Tu t’es trompé de pigeon. Mais je paye tout de même la moitié des fruits car j’en ai mangé aussi, il faut être réglo. Elle râle, elle ne veut pas payer, le garçon n’est visiblement pas de mèche avec elle et il lui dit quelque chose, sans doute un truc du genre « laisse tomber t’as pas réussi à l’avoir, il faut que tu payes ta part. » Une fois dehors, elle me demande de la rembourser. Que nenni ma jolie!

« Ah mais c’était un meeting tu dois payer ma part!!« 

Bah! C’est un comble ça, une prostituée Chinoise qui donne une leçon de galanterie à un Français! Bon alors déjà, le mot qu’elle aurait dû employer c’est « date » et non, je n’appelle pas ça un rendez vous mais un racket.

Après ça nous partons chacun de notre coté. Elle avait l’air fâché! Ben oui, c’est ça le commerce, des fois on vend et d’autre fois on ne vend pas.

Voilà, sacré souvenir quand même! Remarque, pas sûr que c’était une prostituée, en y repensant elle ne m’a jamais parlé de tarif, c’était peut être une nympho avide d’occidentaux et j’ai peut être raté une belle occasion!

Publicités

Un commentaire sur “Proposition incandescente

  1. Ping : Mumbai: aie aie aie! – Mes yeux sur le monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :