Iquique et ses curiosités.

A la base je n’avais pas prévu d’aller à Iquique. Mais sur les conseils d’un ami qui vit à Santiago du Chili je m’y suis rendu et je ne le regrette pas car j’ai pu y voir deux choses vraiment intéressantes, du jamais vu même!

Iquique est une ville agréable au bord de l’océan pacifique. Avec sa plage immense, j’imagine qu’en milieu de saison la ville doit être pleine à craquer de touristes. Mais en ce moment c’est plutôt vide. La rue piétonne principale qui mène au centre historique de la ville est pratiquement déserte et ce n’est pas pour me déplaire, ça semble être une ville fantôme, d’ailleurs, j’en verrai une vrai un peu plus tard… Comme c’est aussi le coin des agences touristiques, j’en profite pour réserver un tour pour aller voir la laguna roja le lendemain.

DSC_0020

Sur la plage c’est la même chose, quelques baigneurs mais surtout des surfers, car j’arrive alors qu’il y a apparemment une petite compétition. Je saisis alors l’opportunité de prendre quelques clichés comme on peut en voir dans les magazines ou sur le net. Mais ce n’est pas trop réussi… Quelques photos sont sympas mais je suis loin d’être un pro.

DSC_0105

DSC_0045

Laguna roja.

Il est 5h30 du matin et je suis dans un véhicule tout-terrain en direction de la laguna roja. Avec moi, trois Chiliens de Santiago, une Péruvienne et le guide qui conduit. La route est trèèssss longue, car la laguna est vraiment perdue au milieu de nulle part. Il faut au moins cinq heures de route au minimum pour l’atteindre avec deux heures de pistes dont une carrément chaotique. Mais finalement nous arrivons. C’est alors qu’une passagère fait un petit malaise dû à l’altitude, et oui nous somme à 4500m. C’est un détail pour moi qui ai passé ces derniers mois en altitude, mais pour des personnes qui vivent au niveau de la mer et qui viennent juste pour le week-end, monter aussi vite et haut peu provoquer le mal des montagnes. Bref après quelques minutes sous oxygène (les guides ont toujours une bouteille), la dame se sent mieux et nous pouvons partir parcourir les quelques centaines de mètres qui nous séparent de la laguna.

DSC_0129

Quel surprise en arrivant au bord! En effet «roja» veut dire rouge mais je ne m’attendais pas à ça! C’est vraiment un rouge vif, comme la couleur d’un feutre, ou la gouache qu’on utilise au collège. Cette couleur saisissante qui ne laisse personne indifférent est due au minerai présent dans le sol. Je pose la question au guide de quel minerai il s’agit mais il ne connaît malheureusement pas la réponse. La couleur est encore plus flagrante, sur les quelques  « veines » qui se forment suite au débordement de la laguna.

DSC_0145

Mais il n’y a pas seulement du rouge. Il y a aussi deux autres petites lagunas: Une verte et une jaune. Étrange… pourquoi deux couleurs si différentes du rouge? Je n’aurai pas de réponse… Après une petite heure sur place nous repartons, Je serai de retour à l’hôtel le soir à 21h30. Une grosse journée, mais surtout de la route…

DSC_0159

Humberstone

Le lendemain je pars visiter Humberstone, à à peine trente minutes de route d’Iquique, ça me change de la veille! Humberstone est aussi une bonne surprise. C’est une ville fantôme, oui! Une vrai cette fois-ci! Une ville abandonnée qui vivait autrefois grâce à une usine de salpêtre qui était située juste à coté. Fondée en 1872, l’usine cesse ses activités en 1960, est classée patrimoine mondiale en 1970 et devient alors une ville fantôme.

DSC_0195

les premières maisons de la ville sont transformées en sorte de musée chacune dédiée à un thème, il y a un peu de tout, la maison des outils, celle du forgeron et du maréchal ferrant, celle des jouets ect… Il y a aussi des photos d’époque témoignant du passé.

 

DSC_0270

Bien que le «village» de résidence soit intéressant à voir. C’est le site industriel qui m’a le plus absorbé. A sa belle époque ce site devait être un mélange de bruit, de fumée, et d’activités humaines, la vie devait y fourmiller. Mais à présent c’est un désert sans vie de métal, de pierre et de bois. C’est comme si le temps c’était arrêté et pourtant on peut le voir à l’œuvre, lentement mais sûrement, il recouvre tout de poussière, oxyde le métal et pourrit le bois. Les lieux abandonnés ont quelque chose de fascinant.

DSC_0234

DSC_0265

La grande cheminé tient encore debout, mais avec un peu d’aide. Dans les hangars aux toits percés par la rouille divers machines, moteurs et matériel finissent leur vies lentement. Et pourtant la plupart d’entre eux sont sans doutes encore fonctionnels, il suffirait d’un peu de maintenance pour les faire repartir. La chose la plus impressionnante reste pour moi la centrale électrique avec son énorme turbine d’acier qui devait envoyer les watts bien comme il faut lorsqu’elle fonctionnait encore.

Iquique est un endroit bien sympa qui mérite le détour! La laguna roja t’impressionnera par son rouge vif et humberstone ne peut te laisser indifférent. Et si tu aimes le surf c’est encore mieux car Iquique et un rendez vous des amoureux des grosses vagues. Allez zou, moi, je m’en vais rejoindre des amis à Santiago, ça fait bien longtemps que je n’ai pas vu des visages connus depuis la Nouvelle Zélande, Ça promet de grands moments!

DSC_0156

Publicités

2 commentaires sur “Iquique et ses curiosités.

  1. Embrasse Don Pedro de la Vega pour nous. Dis-lui que Sachito souffera tout bientôt sa première bougie et que Jojo se rappelle de lui.
    Merci !
    Profite bien 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :