Guatemala me voilà!

Pour la première fois de mon voyage j’ai passé une frontière par la voie terrestre. Pour ce faire j’ai enchaîné les bus et les colectivos dans le but de parcourir les 1148 kilomètres qui séparaient mon point de départ de ma destination finale. Aujourd’hui, je t’explique comment j’ai passé la frontière Mexico-Guatémaltèque à moindre coût et sans aucune difficultés notable. Allez, c’est parti pour un road trip Latino! 

Au départ alors que j’étais encore chez moi, en France, à planifier mon passage au Guatemala, J’avais prévu de le faire en avion. Parce que j’avais lu que c’était compliqué de le faire par la voie terrestre, que c’était le « bordel ». Donc l’avion c’était beaucoup plus simple et puis j’avais surtout peur de la difficulté, il faut bien l’avouer. Mais voilà: Ces six mois passés à parcourir une partie du monde ont fait de moi un voyageur chevronné, je n’ai plus peur de grand chose maintenant.« Ben ouais! Ch’uis un bonhomme moi! J’vais pas me démonter devant la moindre petite difficulté, allez: des couilles mec! ». C’est à peu près ce qu’il c’est dit dans ma tête quand j’ai pris cette décision. De plus j’ai rencontré tellement peu de problèmes pour me déplacer au Mexique que j’ai eu envie d’aller au devant de la difficulté, de sortir de cette petite zone de confort, bref de partir à l’aventure. Et puis un détail non négligeable a bien pesé dans la balance: Le coût. Et oui prendre un billet d’avion au dernier moment ce n’est pas donné.

Je suis à Tulum, toujours sur la côte caraïbe. Je suis maintenant décidé à aller au Guatemala. Je dois tout d’abord me rapprocher de la frontière et la grande ville qui y donne le plus facilement accès c’est San Cristobal de la casas. Pour m’y rendre je dois retourner à Palenque. Je prends donc un billet de bus de nuit car le voyage dure dix heures. J’arrive à Palenque à huit heure et j’achète aussi sec un billet pour San Cristobal. Le départ est pour dans deux heures. Nickel, ça me laisse le temps de réserver un hôtel. Je réserve deux nuit car parait-il que San Cristobal est une jolie ville. Il me faudra encore six heures de route pour atteindre ma destination.

San Cristobal de las casas

Je fait une petite pause ici pour me reposer et dormir (beaucoup) avant de m’attaquer au passage de la frontière. Il faut dire que je suis bien crevé car j’ai peu dormi ces derniers temps. Les trois auberges de la riviera Maya ou j’ai dormi étaient assez bruyantes avec de la musique jusqu’à pas d’heure. Et oui, il faut divertir le jeune qui veut faire la fête…

San Cristobal et une ville touristique mais qui a su garder son authenticité. Les rue sont colorées et animées mais malheureusement pratiquement tous les monuments remarquables de la ville sont en travaux.

Elle ne me laissera pas un souvenir exceptionnel, il y a bien des excursions à faire dans un canyon et autres lieux, mais moi je n’ai qu’une idée en tête la frontière. En ville il y’a des agences qui ont des bus directs vers différentes villes du Guatemala, Ma destination c’est Quetzaltenango aussi appelé Xela. Je me renseigne sur le prix du voyage: 350 Pesos (15€). Trop cher…

 En route pour le Guatemala

huit heure trente du matin. Je suis dans un combi qui roule en direction de Comitan, ma première étape. Le combi c’est bien, c’est plus rapide que le bus, il en part un toutes les vingt minutes et surtout c’est moins cher, là; ça me coûte 60 Pesos (2,5€). Arrivé à Comitan, je monte directement dans un autre minibus en direction de Cuidad Cuauhtemoc, la dernière ville Mexicaine. Je n’ai même pas besoin de chercher, c’est la même compagnie donc le départ ce fait au même endroit que l’arrivée, c’est tellement simple…  Comble du luxe, dans ce minibus il y a même un écran. Il diffuse un sitcom Mexicain « Nosotros los guapos »  (nous les beaux)… Tu vois « salut les musclés »? Ben c’est de la même veine. J’ai l’impression de voir une Production AB, c’est kitsch, mal joué et ridicule…

J’arrive à Cuauhtemoc, cette deuxième étape m’a coûté 50 Pesos (2€). Juste en face de l’arrêt il y a le bureau de l’immigration. J’y vais pour valider ma sortie du territoire Mexicain et tamponner mon passeport. J’ai lu que pas mal de touristes ont payé une certaine taxe de sortie qui varie selon la tête du client, jusqu’à 500 Pesos (gloups). Et bien je dois avoir une bonne tête car moi, je n’ai rien eu à payer! Bon karma… je prends ensuite un taxi qui me conduit jusqu’au portique de la frontière 10 Pesos (0,5€). Je le franchis à pieds. Et voilà, je suis au Guatemala dans la ville de La Mesilla!

DSC_0394

Aussitôt passé la frontière un Guatémaltèque me saute dessus. c’est un changeur de devises, et oui, ici la monnaie c’est le Quetzal. Je n’ai aucune idée de la valeur du Quetzal, Je change deux mille Pesos et j’en garde pour un change officiel. Je ne sais plus combien il m’a donné en échange, j’ai une bonne liasse mais j’ai surement du me faire arnaquer… Tant pis, de toute façon j’ai besoin d’argent pour continuer ma route. Je passe au bureau d’immigration pour mon tampon: Paf! Voilà, je ne suis plus clandestin. Juste à coté des hommes sont en train de charger des bagages sur le toit d’un combi, le truc et surchargé et blindé de voyageurs. Cette fois fois je vais prendre un bus longue distance qui me conduira directement à Quetzaltenango. Je traverse alors toute la ville et arrive au petit terminal de bus. Je demande quant part le prochain bus pour Xela. Réponse: Demain matin à 10 heure… Comme le dit si bien Denis Brognart:

Bon, il est à peine 14 heure. Je peux encore faire de la route, je n’ai pas l’intention d’attendre le lendemain. Je redescends donc à la frontière pour prendre un combi mais rien, il n’y en a pas… J’attends une demi heure toujours rien. Zut! Il doit bien y avoir un moyen de sortir de la ville quant même. Je décide de sillonner les rues à la recherche de minibus, assez vite j’en trouve un mais le chauffeur me dit que ce n’est pas sa route et m’indique une station de bus dans une rue plus bas. J’arrive à la dite station où on m’explique que je dois aller jusqu’à Huehuetenango, (« ouaiouai »pour les intimes) et ensuite en prendre un autre pour Quetzaltenango. Bah ok pas de problème faisons comme ça, tant que j’avance c’est bon, cette étape me coûte 20 Quetzal (2€).

Ce sont des bus de moyenne distance de seconde classe qui s’arrêtent un peu partout, Ils sont tous peints, décorés et chromés comme si Kévin, Ariégeois bipolaire de 22 ans fan de tuning c’était occupé de la déco avec pour seule consigne « fais toi plaisir ».

DSC_0396

Quelques minutes avant d’arriver, je discute avec la passagère à coté de moi et lui dit que je vais à Xela… Soudain; arrivé à Huehue, elle me dit que je dois descendre car le bus qui va à Xela est juste là et s’apprête à partir. Vite, je choppe mon sac et descends du bus, à ce moment un homme se plante devant moi:

lui: « Xela? »

moi: « si! »

Ni une ni deux il prend mon sac pour le monter sur le toit pendant que je bondis dans le bus par la porte arrière. Aussitôt à l’intérieur il commence à rouler. Temps de transfert: Dix secondes. Prix 20 Quetzals (2€).

20h00: Après cinq véhicules différents et sept heures et demi de voyage j’arrive enfin à Xela. Coup de chance le bus me dépose juste devant un Mc do, ce qui veux dire un accès internet. Je ne rentre même pas, je squatte devant la vitrine juste pour pomper le wifi. J’interroge mon pote Google pour trouver une auberge. Il y en a une bien à à peine un kilomètre, je lance le GPS et c’est parti. Heureusement la technologie et là…

Et bim! Bah ce n’était pas bien compliqué finalement… Si je fait les comptes depuis San Cristobal jusqu’à Quetzaltenango le voyage m’a coûté 9 Euros, même pas dix euros pour 330 kilomètres!!! Maintenant je vais me poser trois semaines ici. Je me suis inscrit à des cours d’Espagnol et je suis hébergé en famille d’accueil, une expérience qui promet d’être fort enrichissante. Suite au prochain épisode, à bientôt!

Carnet pratique du passeur de frontière

Bon, je récapitule si tu n’as pas bien suivi.

  1. Depuis San Cristobal de las Casas prend un combi pour Comitan, ils sont juste en face du terminal de bus ADO.
  2. Ensuite de Comitan prend un autre minibus pour Cuidad Cuauhtemoc, ils sont même endroit que ton point d’arrivée.
  3. Une fois là bas prend un Taxi pour t’amener à la frontière.
  4. Passe la frontière. Félicitation! Tu es maintenant au Guatemala dans la ville de La Mesilla.
  5. D’ici continu sur la route principale puis, plus loin prend la route qui descend sur la gauche tu trouveras les bus de deuxième classe pour Huehuetenango. C’est une grande ville, tu pourras ensuite de rendre ou tu veux. Ou sinon à deux kilomètres sur la route principale il y a le terminal de bus de première classe de la compagnie Dorada qui a des liaisons directes pour les grandes villes.

N’oublie pas de faire tamponner ton passeport à l’entrée et à la sortie!

Bon voyage!

Publicités

6 commentaires sur “Guatemala me voilà!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :