Des sandwichs un peu spéciaux.

Une petite anecdote rigolote entre deux articles plus complets, ça fait toujours plaisir…  

Aujourd’hui je retrouve Anthony et d’autres élèves pour la traditionnel excursion du samedi matin organisé par l’école. Je le vois arriver avec un petit sac plastique bien plein. Je lui demande ce que c’est, et il me répond que ce sont des sandwichs. Sympa! Il en a préparé pour tout le monde. Ben oui; mais en fait non…

Il me raconte qu’hier il est allé acheter, du pain de mie, du jambon, du fromage et de la confiture manière de faire des sandwichs au jambon et d’autres à la confiture. Jusque là, rien d’anormal. Alors qu’il rentre chez sa famille d’accueil la dame qui l’héberge lui demande qu’est ce que c’est que tout ça. Il lui répond que c’est pour préparer des casses dalle pour le jour suivant. Le lendemain matin, alors que Anthony dort encore, elle décide de lui rendre service et de faire les sandwichs elle même.

Malheureusement, elle n’a pas bien compris le projet, et a confectionné avec toute la gentillesse du monde une bonne dizaines de sandwichs jambon, fromage et…. confiture! Oui, entre les deux même tranches de pain que le fromage et le jambon, elle a soigneusement tartiné de la confiture de fraise. Le truc improbable quoi, le genre de chose que tu fais pour relever un défi débile après une soirée un peu trop arrosée. Un véritable attentat gastronomique. Anthony a beau être Anglais, même de l’autre coté de la manche, on ne mange ça.

DSC_0143[1]

Quand il s’en est rendu compte Anthony n’en a pas cru ses yeux, mais a préféré ne rien dire pour ne pas la vexer, il est donc venu à la ballade avec ces infamies culinaires qui ont terminé à la poubelle.

Il n’a plus qu’a espérer qu’elle ne lui en fasse pas d’autre pensant qu’il a adoré ça. En tout cas, ça nous a tous bien fait rire!

 

Publicités

2 commentaires sur “Des sandwichs un peu spéciaux.

  1. Formidable, y’a qu’en voyage que tu vois des trucs pareils ! L’interculturalité quoi… Ça me rappelle une anecdote de mon père qui avait réussi à négocier que le cuistot ricain du camp militaire où il était affecté en plein milieu du désert ne fasse pas bouillir son steak avant de le carboniser, ce qui était sa conception de la viande consommable. Après moultes discussions et tergiversations, le gars faisait carboniser le steak mais juste d’un côté, l’autre restant cru !! Impossible pour lui de comprendre le concept d’aller retour, saignant au milieu… Profite bien Patrice ! Bises

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :