Buenos Aires une capitale géniale!

Voilà une photo d’illustration d’article d’un style bien différent de celles que j’utilise d’habitude n’est pas? Mais il fallait bien ça pour marquer le coup, car dans cet article, une fois n’est pas coutume, je vais encenser une grande ville. Et oui cette fois pas de « c’est moche et gris »,  » il y a trop de monde » ou encore « ça schlingue » et autres critiques négatives que j’utilise habituellement pour décrire une ville. Eh oui! Comme beaucoup de voyageurs je suis tombé sous le charme de cette capitale qui a un je ne sais quoi qui accroche, un truc qui plaît, qui donne envie d’y rester. Un petit quelque chose que d’autres n’ont pas: Une personnalité. En avant pour un article citadin bourré de photos!

J’arrive à Buenos Aires vers 18h. Pour rejoindre mon auberge je prends le métro, il est bondé, il y a tellement de monde que je ne peux pas descendre à ma station. En plus avec mon gros sac, sur l’échelle du faufilement je suis entre l’hippopotame qui essaie de renter dans une baignoire et Homer Simpson qui tente de s’asseoir sur la chaise haute de Maggie : Ça ne passe pas. Je suis donc obligé de descendre au terminus pour revenir en arrière ensuite. Par chance c’est une petite ligne avec seulement huit stations et je descends à la quatrième. Une fois sorti du métro j’ai juste à traverser la route pour rejoindre l’auberge et pouvoir me pauser un peu.

Le lendemain je me lance à l’assaut de la ville. Je loge dans le centre. C’est ici que sont la plupart des édifices historiques, je suis d’ailleurs à deux pas du congrès, je commence donc par là.

DSC_0007

Direction ensuite la plaza de mayo. Mais je fais une halte dans un café car aujourd’hui… C’est jour de match pour l’Argentine!

DSC_0028

Le premier du mondial. D’ailleurs les avenues sont pratiquement désertes. Alors, je vais être clair le foot; je m’en tamponne pas mal, mais pour les Argentins c’est plus qu’une passion; c’est une religion. Ce n’est pas pour rien que leur joueur fétiche s’appelle Messi! Mon intention n’est donc pas tant de voir le match mais plutôt de me frotter à la culture populaire du pays, je veux vivre le truc de l’intérieur en quelque sorte, ressentir la ferveur qu’ont les Argentins pour leur équipe. Je choisis un petit café qui m’a l’air plus populaire que les autres, en effet je suis dans un quartier assez chic c’est un peu l’équivalent des Champs Elysées. La salle est en effervescence chaque fois que son équipe est dans le camp adverse, la tension est palpable. Tout le café se lève et applaudit lors du but Argentin. Ça râle un peu contre l’arbitre et ça exprime son désarroi quand le ballon passe à coté de la cage adverse. Malgré une domination Argentine, le match se termine sur une égalité, je sens les supporters un peu déçus, mais bon ne vous inquiétez pas les amis ce n’était que le premier match…Après ces 90 minutes de pause je me rends donc à la plaza mayo puis à l’obélisque.

DSC_0054

DSC_0116

Il est vraiment agréable de se promener dans le centre ville. Sans mauvais jeu de mots à Buenos Aires on respire, certes il y a des voitures, mais les avenues sont tellement immenses, que je ne me sens pas oppressé par la circulation, il n’y a pas de bouchons, pas de coups de klaxon, c’est fluide. Avec son architecture colonial la ville est belle, j’ai l’impression d’être dans une ville d’Europe, un peu partout il y a des places, de espaces verts, et beaucoup de sculptures.

En allant voir le pont de la femme dans le quartier de puerto madero je tombe sur un couple qui danse le Tango sur une place, c’est ma première rencontre avec cette fameuse danse qui fait partie intégrante de la culture argentine. Je m’arrête quelques minutes pour profiter du spectacle et je ne manque pas de déposer un petit billet dans le chapeau des ces artistes de rue. D’ailleurs ils ne serons pas les seuls que je récompenserai pour leur talent car dans le métro il y a beaucoup de musiciens et certains d’entres eux sont vraiment doués!

DSC_0108

DSC_0097

Ensuite, je me dirige vers les espaces verts de la ville pour voir la fleur de métal une œuvre d’art. qui représente, ben… une fleur en métal.

DSC_0134

Le jour suivant je me rends en métro au point ou je m’étais arrêté hier. Non loin de la fleur de métal je visite le cimetière de la recoleta. C’est le cimetière des personnalités historiques, des notables, des personnes importantes et richissimes . Les caveaux sont énormes et ressemblent plus à des minis appartements, églises ou monuments qu’à des tombes. beaucoup sont ornés de magnifiques sculptures d’anges qui m’émerveillent. Les tombes modernes en marbre côtoient les vieilles en pierres blanches. Ce cimetière est pour ainsi dire une vitrine de l’architecture funéraire.

DSC_0209

DSC_0225

je fais ensuite un tour au parc Rosedal et son jardin des roses. Un superbe parc ou il fait bon de se promener au bord de l’eau et dans lequel les habitants font du footing, vélo ou roller. pas mal d’oiseaux ont élu domicile ici, notamment des oies..!?

DSC_0153

DSC_0175

Suite à ce bol d’air je m’en vais carrément à l’opposé d’où je me trouve, pour visiter le quartier de la Boca. Car on est dimanche et la réceptionniste de l’auberge m’a conseillé d’y aller le weekend. La Boca est un quartier populaire et animé de Buenos Aires j’ai croisé des riverains qui faisaient des barbecues (la parrilla) dans la rue! Avec ses façades colorées et ses marionnettes aux balcons il y règne comme une ambiance de carnaval. Mais la Boca c’est aussi une sorte de retour vers le passé, comme si le temps était suspendu dans les années trente.

DSC_0262

Tout se passe dans le petit secteur de la rue caminito tu pourras y voir des danseurs et danseuses de tango qui font des représentations dans la rue et dans les cafés. Pour ma part je tombe sur une troupe de comédiens danseurs qui font des petites scénettes et des danses, c’est juste génial! J’ai adoré ce quartier que je qualifierais de vivant et chatoyant.

DSC_0285

Le soir je retourne au centre ville. J’ai réservé une place dans un cabaret pour une soirée tango qui m’a coûté un bras mais c’est de l’argent bien dépensé, j’ai adoré cette soirée! Au programme petit cours de danse, dîner, et show de tango par des danseurs pros.

Pour le cours évidement comme je suis seul je n’ai pas de partenaire attitrée. J’embarque donc sur la piste une quinquagénaire Brésilienne qui est venue avec sa fille et son beau fils pour faire mes premiers pas. Je ne la sens pas vraiment très à l’aise, elle tremble comme une feuille et ne se souvient pas des pas de bases pourtant assez simples. Pour avoir pris quelques cours de salsa au Guatemala, je trouve le tango beaucoup plus simple, il suffit de marcher, enfin du moins pour la base… Ma partenaire se retire, elle préfère filmer et faire des photos plutôt que de danser, zut! Moi j’ai envie de danser, je trouve ça super sympa. Du coup j’invite sur la piste une mère de famille américaine pour quelques pas. Mais elle aussi abandonne très vite. Puis j’ai l’occasion de faire une danse avec la pro(f), youpi! Ça change vraiment les sensations! Le cours se termine, dommage, j’aurais bien aimé continuer et voir plus de choses.

Place maintenant au repas, le genre de dîner un peu chic dans lequel tu as plusieurs couverts alignés sur la table. Tiens; je te donne une astuces toute simple. Dans ce genre de situation pas la peine de te demander quels couverts utiliser pour quels plats. Il suffit de les prendre en commençant de l’extérieur au fur et à mesure que les plats arrivent. Voilà, ça c’est cadeau, c’est gratuit, maintenant tu peux manger avec la reine d’Angleterre. Au moment ou la serveuse me fait goûter le vin je me rends compte que la bouteille est déjà ouverte! Ça c’est un comble. Alors certes je ne suis pas un grand amateur de vin et je suis incapable de reconnaître un grand cru d’un cubi de « villageoise », mais quant même je connais les bases, c’est inscrit dans mes gènes Franchouillard: On débouche la bouteille devant le client! C’est la base quoi! Bref, je fais comme le commun des mortels dans ce genre de situation, je ne relève pas la bourde et je lui dis que tout est très bien.

Au passage je me pause une question: Est ce que dans l’histoire de la restauration un client après avoir goûté le vin, à un jour dit au serveur un truc du genre:  » Sshtuuu! Mais c’est quoi cette piquette infâme qui tache et qui pique? Tu me renvoies ça en cuisine et plus vite que ça! »

Après le repas c’est le moment du spectacle et là, c’est du lourd! C’est lourd comme un cartable de 6ème un jour de cours de techno sans heures de perm’. Ça danse bien et joliment. Les femmes sont d’une élégance et d’une prestance à couper le souffle, et les hommes ont toujours cette expression de dignité et ce charisme qui donne l’impression qu’ils se fichent de la partenaire, mais les gestes disent tout autre chose, et quand les regards des deux danseurs se croisent ça en dit long… Le tango bien exécuté exprime la passion et le désir mais toujours avec élégance. J’ai vraiment été impressionné par ces danseurs et danseuses d’élites qui font par moment des trucs incroyables avec leurs jambes et des portés d’un autre monde. Bref c’était top! Ah, désolé pour les photos un peu moisies avec les têtes au premier plan…

DSC_0343 c
Ma photo préférée du moment!

Troisième jour, visite du quartier de Palermo et sa plaza Serrano. Avec ses bars branchés –ça se dit toujours branché?– c’est le quartier « hype » ou faire la fête, du moins pour cette partie.

DSC_0386

Ici sur les murs beaucoup de street-art, même les boutiques et les restos surfent sur la vagues, pour coller à l’atmosphère d’jeune’s du quartier.

DSC_0436

Voilà, Buenos Aires c’est super, comme je le disais en intro: C’est une ville avec sa propre personnalité. Il y a une vrai culture Argentine à Buenos aires, elle a des choses à montrer et à raconter. On s’y sent bien et il y fait bon vivre. Elle ne porte pas ce nom pour rien… Et encore je n’en ai vu que la partie touristique. J’ai hésité à y rester plus longtemps, j’aurais peut être dû, manière d’en découvrir plus et de faire quelques musées. Bah il faudra y retourner!

 

Publicités

3 commentaires sur “Buenos Aires une capitale géniale!

  1. Merci pour ce photo reportage, je n’aime pas le foot mais je crois que j’aurai aussi adoré vivre le match avec les argentins dans ce bar. Hier ils ont perdu contre la Croatie, ça va être un drame national… tu nous diras si tu le ressens ?
    Actuellement je lis une BD où l’auteure (Pauline AUBRY) fait un séjour à Buenos Aires, elle raconte que c’est une ville remplie de « desciendentes », comme une petite Europe. J’ai lu qu’entre 1880 et 1914, 4 millions d’européens s’embarquèrent pour tenter l’aventure en Argentine.
    Les photos du cimetière disent beaucoup d’une sorte de réussite qui s’est faite « ailleurs », comme un eldorado qui a tenu ses promesses
    Je te souhaite plein de nouvelles découvertes, et merci!
    Corinne

    Aimé par 1 personne

    • Oui effectivement la ville et les gens semblent très Européens, mais c’était la même chose au Chili on est loin de la couleur de peau et des visages plus « authentiques » du Guatemala, Pérou ou Bolivie par Exemple…
      En effet la défaite cuisante de l’Argentine est un drame national! Aux infos ça ne parle que de ça, tu pourrais faire péter la moitié du pays personne ne serait au courant. Le gardien s’est excusé publiquement et endosse toute la responsabilité de la déroute. Je pense que le mec est maintenant détesté pas tout un pays…

      Aimé par 1 personne

      • Merci pour ton retour, « la sélection a volé son âme » à l’Argentine, là bas le foot est un sport élevé à l’état de religion…une curiosité
        Je te souhaite de belles découvertes et de belles rencontres
        Bises

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :