Publicités

Le marché d’Almolonga: Le plein d’couleurs s’vous plait!

Voici un petit article que j’écris pour te parler du marché d’Almolonga qui ne m’a pas laissé de marbre tellement il fleure bon l’authenticité et la culture Guatémaltèque. Et quand j’écris « culture » je parle autant de botanique que de mode de vie…

Almolonga c’est une petite ville du Guatemala proche de Xela. La ville est célèbre pour son marché et ses légumes, qui sont même exportés dans les pays voisins. Comme tu t’en doutes surement, j’y suis allé en compagnie d’élèves et de professeurs de l’école d’Espagnol. Au terme d’une petite marche d’une demi heure à travers la montagne nous sommes arrivés à destination.

Ce marché est superbe! Certes, il est plein de vie et rempli d’une foule effervescente comme tous les marchés dans le monde et on y vend de tout. Fruits, légumes (j’ai jamais vu autant de choux de ma vie), vêtements, accessoires, bijoux et tout ce qui peut être vendu…

Mais surtout, il est plein de couleurs, c’est un arc en ciel, un feu d’artifice, comme l’explosion de la palette d’un peintre! Et je ne te parle pas seulement des articles, et autres tissus en ventes.

DSC_0102 colorCar les couleurs sont aussi présentes sur les vêtements. En effet, 95% des femmes sont en tenues traditionnelles de la région. Et question habits traditionnels Guatémaltèques figure toi que je m’y connais un rayon car j’ai visité le « musée du costume traditionnel ». Eeeeh ouais! Alors du coup je vais me la péter et ramener un peu ma science pour te parler de ça, par contre, je n’ai pas de photos de ce que j’ai vu dans le musée, c’était interdit. En voiture pour le point culture!

DSC_0064 color

Les tenues traditionnelles Guatémaltèques viennent de la culture Maya, on appelle ça un « huipil« . Généralement se sont surtout les femmes qui le portent. Chaque région et même chaque ville à sa propre tenue, ses propres motifs. Ils peuvent représenter des forme géométriques, des animaux ou encore des fleurs. Ils se répètent généralement quatre fois. Une série à droite, une série à gauche, une devant et une dernière dans le dos. Pourquoi quatre? Bon, je te laisse le temps de réfléchir un peu……….. Alors? Je suis certain que tu as trouvé. Ça correspond aux quatre points cardinaux (nord, est,sud, ouest), mais ça peut aussi être les quatre vents du pays. Tout dépend de la région… Quant aux couleurs, elles sont le symbole de la cosmologie Maya, elles représentent un élément naturel ou une idée. Voici une petite liste qui t’aidera à mieux comprendre:

  • Le blanc: Représente le monde spirituel.
  • Le noir: C’est pour la mort.
  • Le vert: Utilisé pour représenter la nature.
  • Le bleu: L’eau et le ciel.
  • Le Rouge: Représente le sang, le levé et couché de soleil.
  • Le jaune: Le maïs, la vie, le soleil.
  • Le marron: La terre.
  • le violet: la maladie, la souffrance.

Suivant les régions il peut y avoir des particularités. Par exemple, certains huipil ont un soleil brodé autour de l’encolure. Et si il n’y est pas, ça signifie que le mari est mort, la dame a donc perdu son soleil, c’est poétique…

DSC_0094

Voilà, voilà… Almolonga c’est aussi des champs cultivés, ou plutôt des grands potagers. Ici pas de tracteurs et pas de machines d’arrosage automatique. A Almolonga, on cultive à la bêche et à la binette, et on arrose avec le pouce au bout du tuyau d’arrosage, comme à la maison.

C’est la fête!!

Bim! Et oui c’est la surprise, en fait l’article continu! En effet aujourd’hui j’ai eu (moi aussi) la surprise de trouver par hasard une fête foraine au centre ville de Xela, et ça colle très bien avec le thème coloré de l’article. Ah! Tant que j’y pense, je te demande de m’excuser pour toutes les photos qui vont suivre qui sont cadrées avec le cul (n’ayons pas peur des mots), mais à ma décharge comme je suis tombé sur tout ça par hasard, je n’avais pas mon appareil, j’ai donc tout fait au smartphone. Voilà, c’est la bonne vieille excuse du « j’étais pas prêt ».

Bref, j’en étais où… Ah oui, la fête foraine, bon par contre quand je dis fête foraine il ne faut pas t’imaginer la « Foire du trône » (Pour les Parisiens)la « fête de St Michel » (pour les Toulousains) ou la « …insère ici la fête de ta ville… » (pour les autres). Ici pas de grands manèges à sensation, pas de néons flashy et pas de « Allééééé, c’est partiiiii on aaaccélèèèreee!!!! » avec la voix de forain dans le micro qu’on connait tous… Aaaah non, ici les manèges ils fonctionnent à l’huile de coude, à la mains! C’est le forain qui pousse, t’es pas prêt de vomir ton goûter! Surtout que les manèges son seulement destinés aux enfants (sniff, déception…). Par contre tous les grands classiques sont présents: La grande roue, le bateau qui tangue, le carrousel, la pêche aux canards, le tir, la machine « attrape couillons: Que tu penses que t’es à deux doigts de gagner mais en fait non » et les stands de nourriture genre frites, churros et compagnie.

Mais pourquoi donc cette fête? Et bien les latinos américains sont très croyant, ici la religion catholique est très présente. Chez ma famille d’accueil, Jésus est présent un peu partout: Sur les murs, les tables, les étagères… Bref, ces festivités ont lieux pour fêter le carême qui dure quarante jours. Enfin je crois… par ce que la religions ce n’est pas vraiment mon truc, je n’y connais pas grand chose, la suite est donc a prendre avec des pincettes. Dans la rue on peut assister à des scènes de commémoration de la « passion du Christ » (non, pas le film de Mel Gibson!) c’est la partie arrestation, jugement, chemin de croix et crucifixion de Jésus. Normalement cette commémoration se passe le vendredi saint mais ici c’est un peu tous les vendredis pendant le Carême… J’ai eu l’occasion (encore) par hasard d’assister à la procession des enfants. Des groupes de bambins garçons et filles séparés, parcourent les rues de la ville en portant un autel représentant Jésus et la vierge. Ils sont accompagnés par un orchestre et surtout aidé par des adultes car certain sont vraiment très jeune!

J’y ai vu une petite fille, je pense qu’elle devait avoir appris à marcher deux jours avant tellement elle était jeune, et pourtant elle aussi à eu droit à son petit moment de ferveur catholique.

DSC_0142Pour conclure j’ai juste envie de te dire que si tu es nouveau lecteur ou nouvelle lectrice sache que cet article qui parle de couleurs a été écrit par un daltonien, si ça c’est pas un comble! Hasta pronto! 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Le marché d’Almolonga: Le plein d’couleurs s’vous plait!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :