Tokyo l’impressionnante.

Tokyo: La capitale japonaise, la mégapole par excellence, une ville gigantesque de plus de treize millions d’habitants. Tantôt effervescente et bouillonnante, tantôt calme et paisible, cette incroyable ville où cohabite la modernité et le traditionnel ne cesse d’étonner et de fasciner les touristes de tous les horizons. Aujourd’hui je t’emmène avec moi pour une découverte rapide des quartiers les plus connus de la « capitale de l’est ».

Comme L’article sur Kyoto, cet article est plus une description des différents quartiers que j’ai visité qu’un récit à proprement parler. Mais ne t’inquiètes pas tu vas quand même découvrir plein de trucs. Et je commence avec le quartier dans lequel j’ai élu domicile, celui de…

Asakusa.

Situé le long de la rivière Sumida, calme et tranquille, c’est le quartier historique de la ville. C’est ici que se trouve le plus vieux temple bouddhiste de la ville: le Senso-Ji et sa pagode. Avant d’accéder au temple, il faut franchir le kaminarimon: « la porte du tonnerre », c’est un grand portique avec en son centre une énorme lanterne rouge.

DSC_0874

Une fois cette porte géante et son lot de touristes passés, il y a derrière une allée de boutiques qui vendent divers produits artisanaux et traditionnels puis finalement l’entrée du temple apparaît, d’un rouge éclatant et d’un blanc immaculé, elle est aussi décorée de trois grosses lanternes.

DSC_0890

L’enceinte du temple dispose aussi d’un petit jardin zen comme les Japonais savent si bien les faire. Et d’une pagode à cinq étages.

DSC_0981

Dans ces articles sur le Japon, je te parle souvent du sens de l’esthétique des Japonais, et bien figures toi que dans ce quartier, de l’autre coté de la rive, j’ai trouvé le parfait contre exemple de ce fait, regardes ça:

Asakusa-Tokyo-Skytree-Asahi-Headquarters-HDR

Oui… C’est bien quelque chose qui ressemble à un étron géant doré que tu es en train de regarder. Alors évidement le projet de base ce n’était pas de couler un bronze sur le toit d’un building. En fait, ce bâtiment est une brasserie et cette sculpture chose représente une bulle de bière qui monte vers le ciel. Mais le problème c’est que la mairie de Tokyo a refusé que ce qui devait être le symbole de l’ascension de l’entreprise soit posé à la verticale. Du coup les mecs se sont dit : « On l’a payé, on le met » alors ils ont posé le truc à l’horizontale… Voilà, c’était l’histoire de ce que les Japonais appellent « la crotte de chien ».

Akihabara.

En totale opposition avec Asakusa, Akihabara qu’on nomme aujourd’hui « la ville électrique », était autrefois le quartier de l’électronique, on y trouvait de tout concernant ce domaine. Bien qu’il le soit toujours, au fil des années, il est aussi devenu le quartier des geeks et des otakus. En gros ces termes désignent les fans et passionnés de jeux vidéos, mangas et animés.

Le quartier est donc une succession de salles de jeux d’arcades, de magasins d’électronique, vendeurs de mangas, de boutiques de figurines et autres Goodies. Le tout situé dans des buildings aux façades recouvertes de publicités géantes et d’enseignes de néons plus flashy les unes que les autres.

DSC_0012

A la nuit tombée c’est un vrai feu d’artifice de couleurs électriques.

DSC_0026 (2)

C’est aussi dans ce quartier que se trouve les incroyables et curieux maid cafés, mais j’en parlerai dans un prochain article…

Shibuya.

Plus un arrondissement qu’un quartier, c’est le haut lieu de la mode et de la « branchitude » avec comme fer de lance l’immeuble Shibuya 109, une tour centre commercial qui réunit des centaines de boutiques sur huit étages. Ici aussi la publicité est partout, les écrans géants sont légion dans ce quartier dédier à la consommation.

DSC_0202

On y trouve aussi le plus grand carrefour du monde. Connu pour ses cinq passages piétons, dont un en diagonale, ce n’est pas moins de deux mille cinq cent personnes qui se croisent en ce lieu aux heures de pointe!

shibuya-crossing
photo internet, les miennes étaient trop mauvaises

A Shibuya le point de rendez-vous que tous les Japonais connaissent c’est au niveau de la statue d’Hachiko le chien fidèle. Hachiko accompagnait tous les matins son maître à la gare de Shibuya, puis, le soir, il revenait pour attendre son retour. Mais un jour, son maître mourut au travail. Cependant le chien continua à revenir tous les soirs pour l’attendre. Ainsi lors de la mort d’Hachiko les Japonais érigèrent une statue en son honneur.

DSC_0188

Harajuku et Yoyogi.

Faisant partie de l’arrondissement de Shibuya, Harajuku est le quartier des jeunes aux looks excentriques qui s’habillent en visual kei, gothic lolita, fashion lolita. Si tu ne comprends rien à ces termes dis toi simplement que ça consiste à s’habiller de manière extravagante pour se donner du style. Tout se passe essentiellement dans Takeshita-dori une rue de quatre cent mètres qui grouille de monde, pleine de boutiques de vêtements, de fast-food et de snacks.

DSC_0243

J’adore cette rue! Non pas pour ses petites boutiques de créateurs, ni pour son ambiance survoltée si particulière. Mais seulement pour son stand de crêpes garnies de gourmandises génial, J’y suis retourné plusieurs fois juste pour m’en offrir, et tant pis pour la queue interminable. MIAM!!!

Non loin de Takeshita-dori, il y a la forêt de Yoyogi qui abrite le temple de Meiji-jingu et dont le calme et la tranquillité détonne sérieusement avec le brouhaha et l’agitation de Takeshita-dori. Je ne manque pas de remarquer à mon passage d’énormes fûts de vin Français exposés. Oui Monsieur, oui Madame du pinard! Et je ne te parle pas de cubis de Villageoise, non là ce sont des grands crus de Bourgogne. Mon sang Franchouillard ne fait qu’un tour! Pas peu fier que l’un des fleuron de la culture Française soit présent ici, je cherche une explication.

DSC_0280

En fait c’est tout simplement un cadeau à l’empereur Meiji, qui était ouvert à ce qui venait de l’étranger, offert par le délégué de la maison Bourgogne à Tokyo pour renforcer les liens d’amitiés entre nos deux pays.

De l’autre coté il y a aussi des tonneaux de saké, puis au bout de l’allée le temple.

DSC_0274

Shinjuku.

C’est le centre névralgique de Tokyo et le quartier des affaires. Tels des ouvrières dans une fourmilière, les usagés de l’immense gare de Shinjuku s’agitent, entrent et sortent des souterrains toute la journée. Il y a deux cent sorties en comptant celles du métro, c’est un vrai labyrinthe, d’ailleurs je m’y suis perdu! Elle voit passer trois millions et demi de passager par jour! Oui c’est énorme, aux heures de pointe on est noyé dans la foule et pourtant il n’y a aucune bousculade, à chacun sa voie de circulation, il faut le vivre pour le croire.

C’est ici que se trouve la mairie de la ville, un très grand édifice avec de deux tours carrées de chaque cotés, comme une sorte de U, dans lesquelles il est possible de monter gratuitement pour avoir une vue panoramique de la ville. De la haut je me rends compte à quel point la ville est immense à perte de vue ce n’est béton, verre et métal, une jungle urbaine où les grattes ciel se livrent une compétition de grandeur. Seul la forêt de Yoyogi  se démarque pas sa couleur verte et semble lutter contre l’oppressante urbanisation. Par temps clair on peut même voir le Fujisan, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui.

DSC_0606

DSC_0661

Au passage dans les rues de Shinjuku j’ai croisé Godzilla et Spiderman, l’excentricité Japonaise…

DSC_0611

Ginza.

Comme toutes les grandes capitales, Tokyo a son quartier de luxe. Rien de bien intéressant à mon goût si ce n’est l’architecture des immeubles qui rivalisent d’ingéniosité pour se démarquer. Ici, les riches touristes Chinois se promènent avec des valises pour faciliter le transport de leurs achats plus onéreux et inutiles les uns que les autres.

DSC_0167

Ueno.

Quartier populaire par excellence, il est surtout connu des touristes pour son parc qui est salvateur pour tout Japonais en quête de tranquillité. On y trouve un étang plein de tortues, canards et carpes koï.

DSC_0532

Un petit toshogu: Un temple en l’honneur du shogun Tokugawa avec une sublime porte dorée.

DSC_0557

C’est aussi à Ueno que se trouve le musée national de Tokyo et le zoo de la ville.

DSC_0569

Roppongi.

Toute bonne capitale qui se respecte doit avoir son quartier de vie nocturne, Roppongi est celui de Tokyo. Il y a toute la panoplie qu’il faut pour se revendiquer « quartier de fête »: Des pubs, des discothèques, des restaurants, des bars à hôtesses, des clubs de strip-tease et des salons de « massage ». C’est ce genre de quartier qui s’éveille le soir venu, à la nuit tombée mais un peu mort pendant la journée.

DSC_0830

C’est à Roppongi que se dresse la Tokyo tower. Alors moi, la Tokyo tower je n’en suis pas fan du tout et voilà ce que j’en pense: C’est une pale copie de la tour Eiffel, en beaucoup plus moche, posée au bord de la route… Et le pire c’est que entre ses pieds il y a un horrible bâtiment qui ressemble à une usine. Je ne sais même pas ce qu’il y a à l’intérieur je ne suis pas rentré.

DSC_0807

Enfin pour finir, j’ai aussi visité les Jardins gratuits du Palais impérial, comme tous les jardins Japonais, c’est beau, c’est propre et c’est nickel.

Le palais ne peut se visiter que à de rares occasions, j’ai dû me contenter d’une vue de loin avec en premier plan le pont de Nijubashi qui en permet l’accès.

DSC_0055

Voilà pour ce petit tour d’horizon de cette ville incroyable, cet article n’est qu’une infime partie de ce qu’on peut voir et découvrir à Tokyo il faudrait des années entières pour connaître tous ses secrets. C’était la première fois que je mettais les pieds dans une mégapole, tous ces gratte-ciels gigantesques, cette jungle urbaine de tours de verre agrémentées de néons, d’écrans géants et de panneaux publicitaires démesurés, c’est dingue… Et que dire de cette foule par moment aussi dense qu’une fourmilière et pourtant sans aucune bousculade tellement la société Japonaise est ordonnée. C’est une ville incroyable et il faut y aller pour vraiment ressentir ce qu’elle a de particulier. Alors tu le prends quand ton billet?

Publicités

2 commentaires sur “Tokyo l’impressionnante.

  1. Salut, si tu me l’offres je pars de suite !!!
    l’anecdote sur Hachiko le toutou fidèle jusqu’à la mort est très émouvante , et ton reportage très bien 😉 un vrai plaisir …
    j’aime aussi particulièrement ta photo sur le grand carrefour !
    Tokyo me file le vertige , trop de monde et puis j’aimerais pas être poussée avec un balai dans le wagon du métro …j’ai visité Bangkok et je me suis paumée dans le marché chinois , quel petit flip !
    Bonne soirée et merci pour l’évasion 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce petit message. Le métro Japonais c’est toute une histoire! Il est vrai qu’aux heures d’affluence, les contrôleurs peuvent pousser gentiment les passagers qui dépassent à l’intérieur du wagon pour que les portent puissent se fermer. une fois à l’intérieur impossible de bouger!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :