Joyeuses Pâques!

L’île de pâques et ses fameuses statues géantes que tout le monde connaît, le genre de lieu que tu vois uniquement dans des reportages de voyages que tu regardes avec curiosité en te disant qui tu n’iras jamais tellement ça parait loin et inaccessible… Elle fait partie du chili et se situe à « seulement » six heures de vol de Santiago. Il aurait été dommage de passer à coté alors qu’elle est si proche. Je me suis donc rendu sur cette petite île perdue au milieu du pacifique à la découverte des énigmatiques Moaïs, mais cette fois ci je ne suis pas seul!

Avant de te raconter mon petit séjour sur l’île, je vais te parler des quelques jours qui ont précédés mon départ. J’arrive donc à Santiago à 8h30 du matin, je dois retrouver en ville Jean-Baptiste mon ami d’enfance qui vient me rejoindre au Chili pour quinze jours. Les retrouvailles sont chaleureuses et voir un visage (très) connu me fait bien plaisir, mais en fait j’ai l’impression que la dernière fois qu’on s’est vu, le jour de mon départ, c’était hier.

A la terrasse d’un café nous discutons quelques heures, il faut dire que j’ai beaucoup de choses à raconter! Puis nous sommes rejoint par Pierre un ami qui habite Santiago et qui va nous héberger durant notre séjour. Il vit en collocation avec Marion et Cécile, deux autres Françaises qui travaillent avec lui. Bref, je suis passé de voyageur solitaire à membre d’un petit groupe d’expatriés vivants ensembles et franchement ça ne me déplait pas.

Le jour suivant notre arrivée, nous allons (moi et Jean-bap) passer une journée à Valparaiso à une heure de route de Santiago. La ville se démarque par son « street art » très présent, un peu partout dans la ville les murs sont couverts de tags. Autant de tableaux gigantesques qui donnent des couleurs à cette ville qui sans ces œuvres à ciel ouvert serait bien morne.

DSC_0025

Le lendemain Pierre s’improvise guide et nous fait faire la visite de Santiago. Bon, comme d’hab’ moi la ville j’accroche pas trop… La capitale du Chili est semblable à toutes grande capitales. Des édifices gouvernementaux, des grandes places, des buildings modernes, Je ne me sens pas vraiment dépaysés, ni même en Amérique Latine, c’est une ville occidentale. L’immense marché ressemble un peu plus à ce que je connais de l’Amérique Latine, et quelques quartiers on vraiment une personnalité. Mais sinon rien d’extraordinaire.

Le soir une petite soirée est organisée à l’appartement. Il y a une vingtaine de personnes je discute un peu de tout avec tout le monde mais surtout de voyage, de mes découvertes et expériences. Il y a notamment deux autres Toulousains, nous somme donc cinq à venir du sud ouest, le monde est tellement petit… En tout cas avec tous ces accents du sud je me sens comme à la maisons! Ça parle chocolatine, produit du terroir, et la phrase « ici, j’ai un plan saucisse de Toulouse » restera gravé dans ma mémoire à tout jamais tellement j’ai ri. Je pense que seuls les Français sont capable de parler autant nourriture dans une soirée… Après tant de mois passé seul et « isolé », ça fait un bien fou de rencontrer des personnes sympathiques, parler sa langue natale (et même régionale) et surtout rire jusqu’aux larmes. Bref j’ai passé un excellent moment.

L’île de Pâques.

Rapa nui c’est l’autre nom de l’île de Pâques, mais selon Wikipédia ce serait plutôt « Te pito o te henua », Rapanui étant en fait le nom et la langue du peuple originaire de l’île. Le nom d’île de Pâques lui a été donné par l’explorateur qui l’a découverte un dimanche de Pâques 1722. Voilà pour le petit point culture que tu pourras fièrement étaler tel de la confiture devant un public bouche bée face à ton savoir infini. Merci qui?… Et si tu as soif de connaissance, que tu veux en savoir plus, fais comme moi demande à google! Ah, et au passage, tu ne trouveras pas d’œufs en chocolat planqués dans les buissons là-bas, t’embête pas à chercher.

DSC_0050

Nous voilà donc sur le tarmac de l’aéroport de l’île, la première chose qui nous frappe c’est la chaleur, il fait au moins dix degrés de plus qu’à Santiago, c’est une chaleur lourde et humide car nous arrivons après la pluie, il fait moite quoi. Nous achetons dans le hall le ticket qui donne accès à l’entrée des sites, puis nous sortons. La gérante de notre hébergement est venue nous chercher et nous accueille un collier de fleurs, de quoi nous faire ressentir que nous sommes bien sur une île au milieu du pacifique. Nous arrivons vite à notre petite cabaña. Une charmante maisonnette en bois au milieu de divers plante que s’avère beaucoup mieux que ce que l’on pensait, avec trois lits au lieu d’un et surtout moins chère que prévu! La bonne surprise qui fait plaiz’ quoi.

Hanga Roa. La seule ville de l’île transpire la tranquillité et la quiétude, ici le stress n’est qu’un vague concept inconnu, les modestes cabanes en bois se font une petite place au milieu de la végétation, ont est bien loin du béton de Santiago.

Le lendemain de notre arrivée nous louons des scooters pour 24h pour faire le tour de l’île. Nous nous rendons tout d’abord à Orongo et son magnifique cratère du volcan Rano KauDSC_0086

DSC_0081Nous longeons ensuite la côte et son océan déchaîner à l’eau limpide pour nous rendre à divers points d’intérêts touristiques.

DSC_0113

 

DSC_0143

Les arrêts que nous faisons nous permettent de voir quelques vestiges des fameuses statues monolithiques de l’île: les « Moaïs ». Mais la plus part sont en piteux état ou renversées le visage dans le sol, rien de transcendant…

Puis nous arrivons au volcan et à la carrière Rano Raraku. Le cratère est moins impressionnant que le précédent.

Par contre la carrière est pleine de Moaïs! On ne peut rester que bouche bée devant ces énormes statues. L’une d’elle se détache plus particulièrement du lot, c’est celle que l’on voit le plus sur les photos et les cartes postales. En regardant cet énorme visage sculpté nous ressentons une sorte de sérénité. Le Moaï dégage du charisme et force le respect. C’est dingue pour une statue!

DSC_0237

Un peu plus loin il y a Ahu Tongariki. Un lieu ou quinze Moaïs gigantesques se dressent alignés dos à l’océan. Ici la sensation que l’on ressent face à ces quinze colosses de pierre est encore plus grande, c’est mystique… On ne peut que dire « whaow… »

DSC_0264

Nous avons pour projet de revenir ici le lendemain matin pour assister au levé de soleil et continuer la visite de l’île. en attendant nous rentrons à l’hôtel.

Boum! Le lendemain matin nous revoilà à Ahu Tongariki  , j’ai envie de dire qu’il n’y a rien à dire…

DSC_0383 c

Lorsque nous repartons il commence à pleuvoir, et ça durera pendant tout le chemin, c’est une plus diluvienne qui nous accompagne, pour le coup on peut dire qu’on se fait tabasser par mère nature! L’averse est tellement violente que la plus pluie fait mal au visage, nous sommes obligés de nous protéger avec la main pendant que nous conduisons à trente à l’heure sous l’averse. Moi je suis mort de rire tout seul sur mon scooter tellement la situation est cocasse et incongrue, je m’attends à voir débarquer Noé d’une minute à l’autre. Quand nous arrivons, nous sommes trempés, et nos chaussures aussi. Du coup nous annulons nos projet pour l’après-midi et choisissons le resto plutôt que la rando. Nous reprenons l’avion le lendemain matin.

Voilà, l’île de Pâques c’est génial, magique et mystérieux, Malheureusement les intempéries nous ont empêché de tout voir, en fait de ce que nous avons pu observer, à cette époque de l’année, il pleut tous les matins jusqu’en début d’après midi. Nous avons déjà l’envie d’y retourner à la belle saison pour finir ce que nous avons commencé.

 

 

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Joyeuses Pâques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :