Isla Cozumel: Un plouf dans la mer des Caraïbes

Pour la deuxième fois de mon voyage j’ai fait du snorkeling et c’était encore plus génial que la première en Jordanie. Au menu de cet article: Des couleurs, des petits et des gros poissons mais surtout des moments de pur magie.

Je suis à Isla Cozumel une île à quarante minutes de ferry de Playa del Carmen. C’est l’endroit idéal pour faire du snorkeling et de la plongée. Pour ma part ce sera donc du snorkeling que j’ai déjà testé à Aqaba. Non pas que la plongée ne m’intéresse pas, mais comme je n’en ai jamais fait, j’ai tout simplement peur de ne pas comprendre les instructions du moniteur… Bah, ça ne doit pas être bien compliqué, je devrais peut être tout simplement me jeter à l’eau (ah ah…). Ça sera peut être pour une prochaine fois…

Ici un des trucs à faire c’est de louer un véhicule pour rejoindre les plages et faire le tour de l’île. Je loue donc un scooter, un 110cc. Une fois les formalités terminées; j’enfourche la bête. Avant de partir le loueur me demande si j’ai déjà conduit un scooter en me précisant que « ça va vite »… Ma réponse ne se fait pas attendre: « T’inquiète paupiette, je suis motard! » Et oui… D’ailleurs, à un moment, le mec me dit un truc qui me fait bondir: « Le frein arrière est là, c’est le plus important« . Quoi? Qu’acoustiquais-je? Ben non mon gars! En deux roues c’est le frein avant le plus important, on freine 70% de l’avant et 30% sur l’arrière… Enfin, ce n’est pas un blog pédagogique sur la conduite des deux roues. La prochaine fois on parlera du contre braquage!

Bref,  Une fois sorti de la ville, comme tout bon motard qui se respecte j’essore la poignée pour voir ce que la bête à dans le ventre. Direction une plage pour faire du snorkeling. Je file à toute allure, je ne sais pas du tout à combien je roule car le compteur ne fonctionne pas, bah; c’est pas grave, un compteur de vitesse ça ne sert à rien. Avec mon petit casque melon sur la tête et le vent dans le visage, je me sens comme un ado qui va rejoindre sa bande de potes un samedi après midi d’été sur le bord de la plage. Le roi du monde.

J’arrive à la plage en question, c’est une plage privée, elles le sont toutes. Il faut payer un petit droit d’entrée. Pour économiser sur la location, j’ai acheté mon propre masque et tuba, le matos est vite rentabilisé. Ça coûte un peu plus de 300 Pesos, et la location c’est 150… En deux plongées c’est amorti. Mais ça veut aussi dire que je vais me trimbaler un masque et un tuba dans le sac pendant le reste du voyage…

Je vois déjà la scène: En rando dans les Andes du Pérou, le masque et le tuba qui pendouille à l’arrière de mon sac, et les Quechuas qui me regardent passer en se fendant la gueule du genre « Mais qu’est ce qu’il fout là ce con de touriste?« .

Bon, il est temps d’y aller. Je m’équipe et me mets à l’eau, à peine la tête immergée j’aperçois déjà quelques jolis poissons colorés; c’est ça qui est super avec le snorkeling c’est quasi immédiat, en moins d’une minute tu vois déjà des trucs sympas. Entre autres les coraux que j’avais déjà vu dans la mer rouge en Jordanie, il y a des algues en forme de grosses feuilles colorées, Je vois par transparence leurs nervures. Elles se balancent d’avant en arrière au grès des vagues comme des arbres dans le vent. D’ailleurs, elles ressemblent à des arbres en miniatures.

Soudain, j’aperçois une énorme masse sombre en face de moi, je me rapproche… C’est un banc de poissons! Comme à la télévision dans les émission du commandant Cousteau! (Si ce nom ne te dit rien, c’est que je suis définitivement trop vieux). C’est juste whouaaaaaaaa, quel spectacle! Ils sont des milliers et pourtant se déplacent comme un seul, c’est l’union de plusieurs d’individus pour créer une masse compacte et imposante. Je ne pensais jamais voir ça un jour, surtout à cette profondeur, il y a quoi, à peine trois mètres de fond grand maximum. Je me rapproche encore, le banc s’écarte pour me laisser passer, ou plutôt me fuir, je suis comme Moïse qui traverse la mer rouge, puis il se referme derrière moi. Je suis maintenant au centre d’un cercle formé par des milliers de poissons. Ce moment est juste magique, je suis au cœur de la vie aquatique, J’ai l’impression d’être un privilégié. Je reste là, à contempler les poissons qui nagent autour de moi. A chaque fois que j’essaie de me rapprocher ils s’écartent, laissant toujours la même distance entre eux et moi. C’est vraiment un truc à vivre…

Comble du spectacle, un barracuda énorme est dans la place! La bestiole est vraiment impressionnante, il suffit de voir son gabarit par rapport aux poissons du banc pour s’en convaincre.

DCIM100GOPROGOPR0808.JPG

Après avoir profité de ce spectacle offert par dame nature , je nage plus loin à la rencontre de poissons de toutes formes et couleurs, un vrai festival!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après être resté trois heures et avoir exploré tous les recoins qu’il m’était possible de visiter avec mes petits poumons, je retourne sur mon scooter pour faire le tour de l’île. Rien de bien extraordinaire… C’est de la plage, la mer à perte de vue, bon ça reste beau à voir, mais depuis mon départ j’en ai vu beaucoup des plages…

A la rencontre des tortues vertes.

Je suis maintenant à Tulum. Une ville disposant d’un site Maya au bord de la mer. Mais cette fois je ne suis pas ici pour les ruines. J’en ai vu assez, je n’irai même pas y faire un tour. Je suis ici pour rejoindre Akumal une plage, où il est soit disant possible de voir des tortues vertes. Génial! Ni une ni deux j’embarque dans un colectivo en direction de la fameuse plage.

Arrivé sur place il y a pas mal de monde, c’est une plage touristique… Je pose mon sac et hop, à l’eau. D’après ce que j’ai pu lire ici et là, les tortues sont présentes toute l’année et sont proches du bord, genre à trente mètres de la plage. Au bout d’une heure dans la flotte j’ai vu des algues, des poissons, des coquillages, des coraux et un parpaing, mais pas de tortues! Zut, je suis hyper déçu. Je commence à me dire que ce sont des âneries (et je reste poli) destinées à attirer les touristes. Oh, il doit bien y avoir des tortues, mais deux ou trois un mois par an. J’observe les autres plongeurs mais ils n’ont pas l’air de trouver grand chose non plus… Je décide de retourner sur la plage pour me reposer un peu et réessayer plus tard.

Alors que je rebrousse chemin, tout d’un coup; sous mes yeux incrédule, là! Une tortue!!! Une vrai! je n’en crois pas mes yeux, je suis juste à coté d’elle et elle ne fuit pas. Elle broute les algues tranquille, sans me prêter attention, je tourne autour, je la mitraille compulsivement de photos et de vidéos. Elle est vraiment belle et mignonne, j’ai envie de lui faire des câlins comme à une peluche. Effectivement elle est verte et d’une bonne taille en plus! Je suis émerveillé devant cette créature qui parait si gracieuse et légère dans l’eau. Encore un moment magique, un de plus à ma collection, quelque chose qu’il faut vivre… Sous son ventre il y a un poisson opportuniste qui profite de sa taille pour rester à l’abris des prédateurs.

DCIM100GOPROGOPR1051.JPG

Comme je suis un gars super sympa, je préviens les autres plongeurs de ma découverte. Je le regrette vite car ils arrivent avec leurs gros pieds et soulèvent tout le sable, ma jolie trouvaille disparaît alors dans un nuage opaque. Mais ce n’est pas grave car j’en rencontrerai d’autres ensuite!

Un moment particulièrement drôle, c’est quand la tortue remonte à la surface pour respirer, elle sort sa petite tête de l’eau au milieu d’un cercle de nageur du genre « Coucou les gens!« . Je n’ai malheureusement pas pu capter ce moment en photo car c’est bref et assez rare.

J’ai aussi vu un autre barracuda, encore plus gros que l’autre! J’ai essayé de prendre une photo avec ma main en premier plan pour donner l’échelle mais ce n’est pas trop parlant, pas du tout en fait. En tout cas j’ai pu apercevoir les dents de la bête qui dépassaient de sa gueule, je peux te dire que c’est pas mal impressionnant, c’est un bel ouvre boites! Alors qu’il reste immobile, je commence à le filmer en me rapprochant. Quand soudain il se tourne vers moi et commence à avancer. Je ne te cache pas que j’ai fait demi tour en quatrième vitesse en souillant mon maillot de bain au passage! Attends, si le truc m’attaque avec ses lames de rasoirs en guise de dents, je vais dérouiller sévère! Je ne veux pas faire le mec qui insiste, mais le truc fait la taille de mon bras, je déconne pas, de l’épaule au bout des doigts!

DCIM100GOPROGOPR1039.JPG

 

Enfin j’ai aussi eu la chance de croiser le chemin d’une jolie petite raie, en faisant attention de ne pas trop approcher car je sais que certaines ont un aiguillon venimeux.

Découvrir la vie aquatique, voir toute cette faune et cette flore sous la surface c’est extraordinaire. C’est entrer dans un monde inconnu un peu comme si je découvrais une autre planète. Je pense maintenant à me mettre à la plongée, si à peine à trois mètres de fond je vois des choses aussi merveilleuses et vis des trucs aussi géniaux, j’ai du mal à imaginer ce que ce doit être plus profond, ça doit être fantastique…

Tu as vu, j’ai testé le diaporama voir ce que ça donne. Si ça ne fonctionne pas n’hésite pas à m’en parler mon but est d’améliorer le blog, mais j’ai besoin de tes avis pour ça.

Publicités

8 commentaires sur “Isla Cozumel: Un plouf dans la mer des Caraïbes

  1. Super. Je vois pas le diaporama. De mon côté, la newsletter est revenue comma avant : tout le texte dans le mail et des petites photos. Je n’ai plus le lien cliquable pour aller directement sur le blog.

    Aimé par 1 personne

    • bah oui j’ai oublié d’insérer la balise « lire la suite »! bravo… c’est corrigé mais trop tard. le diaporama à l’air de fonctionner sur le site.
      Merci

      J'aime

  2. Article cool ! Mais le diaporama c’est l’échec : sur le PC tout noir, et sur le téléphone « Ce diaporama nécessite JavaScript. » :/

    J'aime

  3. Ping : Hasta luego Mexico – Mes yeux sur le monde

  4. Bonjour. Etant dans le Yucatan, je souhaiterais faire du snorkeling dans quelques jours à Cozumel, mais ce n’est pas évident de trouver sur internet les spots intéressants. Pourriez-vous me dire à quelle plage êtes-vous allé pour le snorkeling et combien celà vous a coûté? Merci d’avance.
    Flora

    J'aime

    • Bonjour,
      Piouf, ça fait déjà un un petit moment le Mexique, mais je vais essayer de vous renseigner au mieux…
      Déjà, pour explorer l’île et faire du snorkeling vous devrez louer un scooter. Tous les spots sont « privatisés » (je crois). c’est a dire que vous devrez passer par un restaurant/hacienda… Donc payer une entrée ou juste une conso. Le loueur de scooter pourra vous donner une carte des tout les spots, et vous renseigner.
      Vous pouvez louer du matériel sur les plages des restaurants.
      Pour ma part j’en ai fait qu’un et c’était déjà top (voir l’article…).C’était sur la plage du bar restaurant « Corona » un des premier spot.
      Si vous faites une recherche dans google image « isla cozumel carte » vous trouverez des infos…
      Pour les prix désolé mais je ne me souviens pas trop alors c’est à prendre avec des pincettes…
      Le scooter 500 pesos
      L’entrée au restau 100 pesos
      Location materiel 100 pesos
      Si vous comptez faire plusieurs plongées achetez plutôt votre matériel à Playa del Carmen il sera vite rentabilisé!

      Surtout allez aussi à Akumal entre Playa del Carmen et Tulum, pour voir les tortues vertes: C’est magique!
      voilà j’espère que ça vous aidera.
      A bientôt et bon voyage!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :